Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Trickster

images-copie-3Je suppose que tous ceux qui sont un peu attentifs à ce qui circule sur la toile, comme on dit, ont pu remarquer au sein des multiples propositions de formations complémentaires, post-graduates ou autres, une certaine propension à l'utilisation du terme tissulaire, à considérer en tant qu'adjectif, pour accompagner une pratique ostéopathique elle même souvent présentée sous la forme d'un autre adjectif, en l'occurrence, structurelle.

Pas plus étonnant que ça, connaissant cette forme d'imagination commerciale qui cherche à rendre séduisants tous ces stages surtout aux yeux ou aux oreilles des jeunes diplômés. Ces derniers, lâchés dans la nature et à condition qu'ils puissent "se payer" un séminaire de plus, se disent probablement que plus ils auront de bagages, plus ils verront s'alléger leurs craintes des difficultés des débuts, particulièrement s'ils ont vaguement l'impression que leur formation ne leur a pas apporté tout ce qu'ils en attendaient.

Cependant, il semble assez clair qu'en général, toute école bien organisée sur le plan de la communication fera en sorte que ses étudiants soient bien persuadés qu'ils seront nécessairement les meilleurs puisqu'ils se trouvent dans la meilleure école et que par conséquent ils n'ont rien à craindre de la concurrence.

Mais revenons à l'air du tissulaire dont la mélodie se fait entendre dans ce qui préfigure peut-être l'ère du tissulaire. Pour que ce terme soit tellement prisé, et même, on va le voir, par des praticiens qui semble jouer une tout autre partition, il faut à n'en pas douter qu'il constitue dans la communication un atout positif.

Peut-on essayer de définir, brièvement, ce qui se cache, ou plutôt ce qui ne se cache pas derrière ce qualificatif.

Le corps humain et les tissus qui le composent constituent une unité. On est donc tenté de penser qu'à la fois cette approche a bien enregistré ce caractère unitaire et qu'elle va accorder la priorité à l'information contenue dans ces tissus, indissociables sur le plan de la continuité. 

D'autre part, cette information étant prise en compte, ce sont les tissus eux-mêmes qui prennent en charge leur destin, le praticien n'étant là que comme intermédiaire, mais intermédiaire essentiel. Cela signifie donc que la force qui intervient dans le changement nécessaire pour une meilleure fonction de la zone concernée est inhérente aux tissus. Elle vient du dedans et pas de l'extérieur.

En quoi le qualificatif tissulaire se révèle-t-il être "porteur".

Peut-être est-ce à la manière du mot ostéopathie quand les ostéothérapeutes ont choisi d'abandonner le terme d'ostéothérapie au profit de "médecine-manuelle ostéopathie" dont on sait par ailleurs qu'elle n'est pas plus ostéopathique pour autant.

Mais bon sang, ce qui est porteur est porteur ! Quand le public adopte l'ostéopathie, il n'est plus que temps de laisser ce vieux vêtement au vestiaire qui aura surtout servi d'étendard à tous ceux qui ont poursuivi les ostéopathes jusque dans les prétoires. Mais ce temps là est révolu.

Tissulaire est porteur en ce sens qu'il sous-entend, à priori, que l'approche ostéopathique correspondante ne comporte pas de manipulations au sens vulgaire du terme, ou encore si l'on veut être plus précis, pas de manipulation structurelle ou pour être accessible à tous les usagers de l'ostéopathie, qu'elle ne conduit pas à les faire "craquer".

Alors faut-il penser qu'un certain nombre de patients ont été déçu par le "cracking" un peu facile et rapide, et pas toujours synonyme d'amélioration d'ailleurs, d'un certain nombre de praticiens ?

Sans aucun doute. De ces patients nous en rencontrons régulièrement.

Après cela il faut se demander qui sont les praticiens qu'ils ont consultés dans l'éventail trop large qui se propose volontiers de "rafraîchir" les douleurs du tout venant.

Alors il est vraisemblable que le terme tissulaire attirant pour un certain nombre de patients, le devient subséquemment pour un nombre important de praticiens. D'où, peut-être, cette proposition de "manipulation structurelle tissulaire".

Si l'on regarde les quelques démonstrations proposées, à différents niveaux, on est obligé de constater que les techniques présentées sont exécutées très proprement comme on dit, le geste est élégant et minime et le craquement est toujours bien audible, sans doute comme garantie de l'efficacité du geste.

Il faut dire aussi que le physique des sujets est parfait et qu'ils semblent en parfaite santé.

Qu'il soit bien clair que nous ne critiquons pas une belle pratique de techniques structurelles, mais nous ne voyons décidément pas où est l'aspect tissulaire de ces dites techniques. Être à l'écoute de la zone à manipuler pour la précision du geste semble la moindre des choses et cette attitude n'en fait pas pour autant une approche tissulaire.

Mais ce qui est porteur est porteur, c'est un peu comme l'unité...

AA 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Du bout du monde 26/12/2012 07:07

Exactement, les patients sont le meilleur enseignement de tout soignant :)

Encore faut il passer d'abord par la case de "rectification" et de "réalignement" du thérapeute lui même.

De mon point du vue, travailler sur soi, aller chercher son diamant intérieur, le nourrir pour ensuite être mieux ouvert à l'autre dans le chemin de guérison, c'est la la vraie formation.

Mais il est difficile, ce chemin vers sa grotte intérieure :)

Bonnes fêtes.

Trickster 01/01/2013 19:38



Oui, il ne faut pas oublier de prendre de la lumière.


Bonne année en espérant que la tempête récente n'ait pas eu de trop graves conséquences sur cette belle île du bout du monde.


AA



Du bout du monde 29/11/2012 16:27

Tiens justement, c'est drôle ! Je suis en plein questionnement et contemplation du "dormiens vigila" de Khunrath.


Pour en revenir au sujet du tissulaire, et finalement à la mode des stages à tout va, personnellement, 90% des stages proposés aujourd'hui ne m'intéressent pas. Autant pour leur contenu, que pour
le tarif affiché. Clairement, le prix a augmenté en même temps que le nombre d'école.

Il y a 10 ans, il fallait compter environ 300-400€ pour un stage. Aujourd'hui la plupart sont 3 fois plus chers.

J'avoue que ce qui m'a fait le plus avancé en ostéopathie, ce ne sont pas les formations ostéos.

Trickster 24/12/2012 20:12



Cher "Bout du monde",


Es-ce que, par hasard, ce ne serait pas les patients qui à force de patience (c'est bien la moindre des choses) ne t'auraient pas permis de progresser le plus ?


Je crois qu'il ne faut jamais oublier que nous leur devons beaucoup, sans eux nous ne serions rien !



Du bout du monde 28/11/2012 18:25

Bonjour !

Bien d'accord avec ça, et avec toutes les autres annonces publicitaires qui débarquent sur nos mails...

- en premier lieu les stages de structurel...Mais qu'apprennent ils dans les écoles si on doit encore se former ensuite aux "cracs" ???

- en deuxième lieu ces techniques tissulaires effectivement.

- et la nouvelle venue, tout droit "sortie du chapeau" comme si c'était une nouveauté pour le praticien, j'ai nommé "la technique vibratoire, ou oscillatoire"...oh tient, ça bougerait donc? et en
rythme, non pardon en dysharmonie ? Diantre !

au secours...ça ne coute que dans les 1200€ le stage...hum hum...

Trickster 29/11/2012 14:43



Bon, je vois qu'au bout du monde on ne s'est pas endormi en attendant le 21/12/2012



pp 26/11/2012 18:13

c'est vrai , je trouve aussi que dans "opéra vertical", Patrick Edlinger,nous offre un instant magique de dialogue tissulaire avec le rocher.Il comparait l'escalade à une Corégraphie dictée par les
prises.On pourrait se poser la question si l'élément minéral communique avec les tissus et réciproquement ? En solo,le mental et les tissus sont en résonance,pourquoi pas avec le rocher?C'est
l'occasion de rendre hommage à cette légende qui nous a quitté ce mois ci...

Trickster 29/11/2012 14:40



En ce qui concerne la communication des formes avec les formes, je crois q'il n'y a aucun doute. Triste qu'il n'ait peut-être pas pu supporter de devoir s'éloigner de cette communication si
intime.



Nowar 25/11/2012 22:47

Ainsi, mon ami, "tissulaire" serait devenu aussi tendance que "niquetamère" dans les cités?
Je te crois volontiers, certains ont trouvé une mine à creuser sur les peurs engendrées par la violence brutale de gestes agressifs dotés de l'appellation racoleuse ostéopathique pratiquée par des
charlatans allopathes manipulateurs se prétendant ostéopathes.
Touchés par la grâce, ou la crise, les voila qui nous tricotent un tissulaire de rien. A faire tourner Still dans sa tombe, il vont finir par le réduire à l'état de ventilateur!!!!

Trickster 29/11/2012 14:34



un peu irrespectueux mais juste !