Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Trickster

 

 

 

C'est fatigant de dénoncer constamment mais il faut dire que les occasions sont tellement nombreuses qu'il est difficile d'y échapper. Qui ne se souvient de ce ministre dont l'action principale à la santé fut de faire vacciner toute la France, sans quartier, même pas pour les bébés ? Qui ne s'est pas posé la question des avantages qu'avait pu lui procurer auprès des laboratoires concernés une telle campagne d'éradication, menée telle une Jeanne d'Arc pour bouter le virus hors de nos campagnes ?

Peut-être se souvient-on un peu moins, hormis les intéressés eux-mêmes, des conséquences pas toujours souhaitées de cette campagne qui n'hésita pas à forcer les portes des écoles et des maternités; peut-être commence-t-on à oublier les effets dits indésirable de la vaccination anti hépatite B dont la liste figure sur le site du revahb qui "alerte les bébés" contre le vaccin  inclus et remboursé avec 5 autres vaccins depuis 2009 dans l’INFANRIX-HEXA .   

Nous recevons régulièrement dans nos cabinets des patients, plus souvent patientes, concernées par ces syndromes de fatigue chronique, myasthénie et autres fibromyalgies dont l'origine n'ayant pas toujours pu être raccordée clairement à leur vaccination laisse malheureusement, le plus souvent, un doute plus que raisonnable.

Aujourd'hui il n'est pas question de cela mais des rapports plus que conviviaux entretenus par ce ministre avec l'une des vedettes crapuleuses du moment, Monsieur Jacques Servier. Monsieur Douste Blazy a heureusement disparu de la circulation mais Le Canard enchaîné vient de le rappeler à notre souvenir en rapportant quelques échanges monétaires et néanmoins conviviaux entre les sus-dits.

Ça ne nous apprend pas grand chose de plus sur les mœurs politiques mais ça pourrait nous donner envie d'interroger le Canard sur la période hépatite B car comment penser, comment douter que Douste n'ait pas eu, en ce temps, des rapports très conviviaux avec les laboratoires responsables du vaccin qui a atteint, si nos souvenirs sont bons, 40 millions de personne dont toutes n'étaient pas vraiment volontaires c'est le moins qu'on puisse dire.

Pendant ce temps, l'Igas donne son point de vue (Le Quotidien du Médecin, L'Usine nouvelle, Marianne - 22 juin 2011, Les Echos - 21 et 22 juin 2011, Le Figaro - 21 juin 2011) et confirme le rôle plus que douteux des politiques et la nécessité de vraies réformes.

Dans son 2e rapport sur le système du médicament, l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) relève de "graves défaillances globales des politiques et des autorités publiques" et plaide pour "des réformes d'ampleur", note Le Quotidien du Médecin. Il s'agirait tout d'abord de renforcer la pharmacovigilance : simplification de la notification des effets indésirables, ouverture aux patients, réorganisation des conseils régionaux de pharmacovigilance et création d'un département de pharmaco-épidémiologie au sein de l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps). Autres pistes : le rééquilibrage des rapports entre l'agence et les laboratoires, la priorité donnée "au principe de précaution" et la refonte complète de la procédure d'autorisation de mise sur le marché (AMM). La mission se positionne également en faveur d'une réduction de la pharmacopée (l'ensemble des médicaments en vente doit être réévalué d'ici "un à deux ans") et d'une suppression de la visite médicale, remplacée par un organisme public d'information sur le médicament, informant les professionnels de santé mais aussi les patients.

Selon toute vraisemblance nous n'en avons pas fini avec ce genre d'information si le vent continue à souffler dans le sens du balai, sans l'ombre d'un Douste.

 

AA


 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article