Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Trickster




RESISTANCE.

 

 

Voilà un mot que l'actualité a fait resurgir avec la mort à 97 ans de l'un de ses grands et nobles représentants en la personne de Raymond Aubrac. Résistance. C'est aussi l'attitude qu'il nous faut cultiver pour prévenir les attaques dont l'ostéopathie est la proie. Cette situation, les enfants de Still l'ont dénoncée dès qu'ils ont eu connaissance du contenu des décrets de 2007, dès que ces décrets ont autorisé l'ouverture de toutes ces écoles nées avant tout pour la manne financière que représentait l'enseignement d'une discipline non encadrée et au cursus appauvri au point de le rendre accessible à tous ceux dont les parents pouvaient avant tout répondre au coût des études.imgres-copie-32.jpeg

Résistance est l'un des mots qui justifient la création de ce blog et il semble qu'enfin, la prise de conscience de la nécessité de cette résistance s'étend à un nombre de plus en plus important de professionnels qui voient le nombre des installations de jeunes diplômés augmenter, parfois de façon éphémère, dans leurs villes et bientôt dans leurs villages.

Éphémères, ces installations peuvent l'être lorsque ces jeunes ne trouvent pas dans leur formation les ressources pour assurer rapidement le développement d'une patientèle suffisante pour faire face à leurs charges. Cette situation parfaitement anormale repose d'abord sur l'irresponsablité des pouvoirs publics qui ont mis en place ces décrets, ensuite sur la cupidité de ceux qui ont bondi, au lendemain de la publication des décrets de 2007, sur une aussi belle occasion d'exploiter, dans toute l'acception du terme, une situation légale.

Quelle forme peut prendre notre résistance ? Car c'est bien la grande question.

Sans doute des formes diverses, mais la principale est certainement de continuer dans la confidentialité de nos cabinets à produire le meilleur travail et le meilleur service possibles qui découlent naturellement d'une éthique sans laquelle notre profession perdrait tout son sens. 

AT-Still-Resist.jpg

La qualité que viennent chercher les patients qui nous font confiance, nous devons leur offrir sans défaillance, c'est le respect que nous leur devons, le respect que nous devons à Still au travers de sa merveilleuse découverte et le respect que nous devons à nous mêmes.

Au delà que pouvons nous faire ? Informer honnêtement tous ces jeunes ou parfois leurs parents qui attendent qu'on les aide, parce qu'il veulent devenir ostéopathes, à choisir une école, leur dire à quel point la situation est préoccupante et combien l'avenir est incertain au rythme actuel de ce qui tend à devenir une véritable taylorisation des diplômes. Et bien sûr il ne s'agit pas de stigmatiser les étudiants premières victimes de cette fabrication en série. Il s'agit de les prévenir et de les protéger dans toute la mesure de nos faibles moyens par une information mesurée. Et aussi d'aider les jeunes installés lorsque cela nous est possible.

Pouvons nous, par exemple, mettre particulièrement en garde les aspirants ostéopathes vis à vis de toutes ces écoles nées à partir de 2007 ? 

Cela semble constituer un critère relativement fiable, mais est-il suffisant ? Ce n'est pas si sûr. Et puis on sait bien que le choix se fera aussi en fonction de la proximité des écoles.

Et comment peut-on s'assurer de la qualité d'une école si l'on n'a pas la possibilité d'apprécier la manière dont l'enseignement est donné et dans quel esprit il est donné. L'accumulation des normes ISO 9001, 14001 et autres certifications qui confèrent une aura de sérieux, ne fait ni la pédagogie ni la clinique. D'autre part, la bonne volonté des enseignants tout juste diplômés ne remplace pas l'expérience.

Still lui-même a-t-il pu mesurer, contrôler les enseignements qui se sont mis en place au lendemain du jour où il n'a plu été dans la situation du pionnier d'une part et du résistant qu'il a été toute sa vie pour faire aboutir sa découverte. Résistant contre les préjugés de son époque, préjugés dont nous savons à quel point ils sont résistants eux aussi. Peut-on espérer encore un enseignement de maître à élève pour des promotions de 150 étudiants. Nous sommes bien loin de ces conditions et il nous faut vraiment, non seulement être conscients de cette situation, mais mettre en place chacun à son niveau tous les éléments d'une résistance qu'il va falloir enrichir avec toute l'imagination dont nous sommes capables dans les semaines et les mois à venir.

 

AA

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nowar 24/04/2012 14:35

Qui veut tuer son chien l'accuse de la rage! Ah ce bon vieux temps ou nous hantions les prétoires devient maintenant le thème actuel. Résistance, oui, nous l'avons fait, le D.O. rond, nous les
charlatans du temps jadis.
Mais, sans aller si loin, rappelons nous, en 2007, de ceux qui se félicitaient de cette règlementation si ardemment attendue. Emettre des doutes, ou pire encore, dénoncer ce texte ostéopathicide
suffisait à être l'objet de quolibets. Résistance, ou étais-tu?
Les mêmes voies s'élèvent, condamnant la prolifération ostéopathique, espérant la myxomatose qui réduira enfin la peste que trop d'entre nous ont souhaité.
Et maintenant, que faire? vilipender? hurler avec les loups?
"Il n'est guère de problème que l'absence de solution ne finisse par résoudre" (Talleyrand)
Les cocus se compteront, tandis que les spéculateurs sur la mort programmée de l'ostéopathie se frotteront les mains.
Mais il reste ces formations, dont nous sommes tous issus qui historiquement ont fondé l'ostéopathie française dont nous sommes si fiers, qui sont en train d'être noyés dans la perte d'avenir des
ostéopathes.
Gardons les rènes, dans la tiédeur de nos cabinets, et guidons ceux qui, comme nous, croient à leur avenir dans l'ostéopathie. Il y aura du sang, de la sueur et des larmes, mais l'ostéopathie vivra
encore, animée de l'esprit de Drew et de ceux qui ont marché dans ses pas.
Ne condamnons pas l'avenir de l'ostéopathie, mais assurons le, assumons le à travers une exigence de formation, en refusant tout soutien aux "formations ministérielles", en soutenant ceux qui sont
engagés dans une formation de qualité.
Elevons le niveau, loin de la médiocrité que sous tend les textes et l'avenir nous tend les bras.
Enfants, cachez vos rouges tabliers.......

M. Sellah. 16/04/2012 17:18

Bonjour !

Merci encore une fois pour ce blog, bouffée de "ah je suis seule en cabinet, mais pas en pensées sur la situation".

Quelle ironie que les tous les détracteurs de l'ostéopathie réunis n'aient jamais réussi à exécuter une profession aussi bien que les décrêts ne l'ont fait...

Quelle ironie que de pouvoir moins facilement travailler dans un cadre légal qu'auparavant en toute illégalité...

Trickster 16/04/2012 23:13



Merci chère consœur réunionaise. Je ne suis pas particulièrement heureux d'avoir à faire ces commentaires dont certains remontent déjà à 4 ans. On dirait cependant qu'un certain nombre de
personnes se réveillent pour faire le même constat. considérons que c'est encourageant. Bien cordialement.