Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Trickster

 

AH Medusa photo9 thumb

Deux newsletters en quatre jours, les dix et quinze novembre, c'est dire si ça presse de dire...quoi ? Que le ROF n'est plus dans son rôle depuis des années ? Le ROF, par la plume de son président manifeste un souci de plus grande clarté et entrevoit que s'aider les uns les autres à mieux œuvrer ensemble est probablement une démarche intelligente. Dont acte !

Le ROF invite les différentes associations professionnelles le 18 décembre pour ce que l'on peut espérer une manœuvre de retour vers un élémentaire bon sens.

 

Selon nos informations, le ROF a invité les Présidents de toutes les associations socioprofessionnelles regroupant des ostéopathes exclusifs, le 18 décembre 2010. Le but de cette réunion est d'aborder les différentes orientations de la plate forme d’actions concertées, à savoir les axes : politique, juridique, de communication et de réflexion sur une déontologie commune, dans le respect des prérogatives de chacun.
Le ROF se recentre ainsi dans sa fonction de transversalité dans le Paysage Ostéopathique Français.

Dont acte à nouveau !

Mais il faut que les choses soient claires : le ROF ne peut plus avoir de prétentions en matière d'éthique ni en matière de la déontologie qui en découle. C'était son rôle initial et j'ai fait partie des gens fiers d'appartenir aux quarante premiers membres. Mais au fil des années, des détournements, des prises de pouvoirs des groupes d'enseignement, d'association professionnelle ou de capture égotique, le ROF a perdu son âme avec sans doute le triste point d'orgue de l'assemblée générale de 2006 à Clermont Ferrand.

Cédant à l'attrait financier représenté par la TVA et, d'une part la possibilité de ne plus en être le percepteur (avant d'en être le payeur), et d'autre part l'attrait d'une hypothétique récupération, le ROF a ouvert ses portes au grand tentateur. Maître Planchat proposait, moyennant un investissement de 800 €, de se faire l'instrument de la récupération de cette TVA pour les deux années précédentes, moyennant aussi 10% de la somme récupérée. Mais quid des patients qui étaient les véritables payeurs ?

A l'époque, il sembla aussi intéressant de réapparaître en préfecture avec son diplôme paramédical pour obtenir satisfaction sur le plan de la TVA et pour ce faire, bon nombre d'adhérents du ROF avaient succombé à la tentation.

Alors pour ne pas les perdre en tant que membres puisque c'était parfaitement contraire aux statuts, il était urgent de faire voter un aménagement à ces mêmes statuts, et même par ceux qui n'étaient plus en mesure de voter, ce qui fut fait sous le regard bienveillant du président de l'époque, Pascal Javerliat.

Chute vertigineuse de l'éthique qui se fracasse sur le marbre du jardin de Mammon. Peut-on servir (bien) l'ostéopathie et Mammon ?

Alors quand je découvre dans ce N° 11 de la Newsletter du ROF, que c'est ce même Pascal Javerliat qui est pressenti pour accompagner Maître Planchat au ministère, pour plaider la cause de l'ostéopathie je n'en crois pas mes yeux !

Je me pince pour être sûr que la possibilité de cet évènement ne suscite pas la moindre réaction de Guy Villemain, nouveau président du ROF, qui semble par cet absence de réaction cautionner ce couple scandaleux pour une démarche dans laquelle chacun a déjà montré un aspect de ses motivations.

Je veux croire que Guy Villemain est animé des meilleures intentions possibles pour piloter une embarcation dont le gouvernail a été mis à mal et qui a perdu une grande partie de sa voilure.  Mais pour faire en sorte que le ROF ne devienne pas cette Planche à la dérive, il doit reprendre le gouvernail de ce syndicat et ne pas abandonner des missions aussi importantes pour l'ensemble de la communauté ostéopathique au premier beau parleur venu et qui, assurément, ne parle pas gratuitement.
L'éthique ce n'est pas tellement d'être là où il faut être pour défendre ses idées,
 c'est d'abord et surtout COMMENT on les défend.
AA

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nowar 25/11/2010 12:42


Décidément, les langueurs du soleil deviennent monotone. Je rêve que l'ostéopathie soit l'unique objet de notre démarche commune. Ce rêve n'en est-il qu'un animant d'autres niveau de réalité que
celui-ci dont les spasmes n'exprime que la difficulté à prendre du recul sur ce qui conduit un navire à s'échouer.
En effet, il y a longtemps, à mon avis, que le registre à quitté la place tutélaire de renforcer la vigueur de notre ostéopathie naissante au milieu du tumulte de cette société française qui
prétendait qu'elle ne pouvait pas, qu'elle ne devait pas nous appartenir. Nous étions jeunes et fougueux, nullement effrayés par les prétoires. Bien avant la reconnaissance, il cherchait à
accueillir ceux qui ne se reconnaissaient pas dans les objectifs des ASP, et l'on peut dire que cette pêche, validée par un exercice ridicule pour ceux qui, comme les fameux résistants de la
dernière heure, n'ont eu le courage de pousser leurs études jusqu'au bout, que cette pêche se poursuit.
Exit la splendeur incontournable passée de cette institution, voici la plateforme, idée louable si elle n'est pas gérée comme chez BP, pour une éthique que l'on espère pas de toc.
La course à l'échalote d'un titre, ce besoin puéril de reconnaissance en dit long sur notre profession mais ne peut en aucun cas s'extrapoler à tous les professionnels.
Mais l'on sent que ces bonnes intentions sont en train de paver notre enfer