Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Trickster

 

colombe bleue

 

Revenons au sujet : « Le MRP à n’en plus douter » et la réaction de Paul Vaucher à l'article de Pierre Renaudeau, dont j’ai dit qu’elle sonnait « un peu fort ». J’ai déjà évoqué le MRP dans un billet précédent, mais je crois utile d’y revenir.

Le MRP dans sa présentation classique est comme on vient encore d’en juger, extrêmement controversé. Ce qui est particulièrement controversé, c’est l’explication du phénomène dans sa version initiale mais sans doute encore davantage dans la version à laquelle Magoun a cru bon de conférer un aspect « mesurable » en indiquant un compte de pulsations par minute, absent chez Sutherland. Henri.O Louwett, traducteur de Sutherland, en a témoigné. Pas de trace de compte chez Sutherland. Et à partir du moment où l’on ose faire confiance à son ressenti, on s’aperçoit assez vite que l’on ne retrouve pas souvent les comptes décrits par Magoun.

C’est peut-être ce qui a été le plus nuisible à la crédibilité de ce que l’on a appelé MRP pour beaucoup de gens. D’autre part, compte tenu de la nature du phénomène observé, il y a une grande incompatibilité à vouloir mêler mesure et perception. La répartition et l'organisation de nos facultés cérébrales, font qu'elles se gênent l’une l’autre.

Il suffit de se rappeler des moments où nous étions confrontés à la fin des années 70, à l’écoute du crâne avec le descriptif de ce que nous devions sentir. Il y avait plusieurs catégories d’étudiants :

Ceux qui abondaient dans le sens de la description, dont je dirais maintenant que, pour la plupart d’entre eux , il était trop difficile de dire qu’ils ne sentaient rien.

Ceux qui ne sentant pas « ce qu’il fallait sentir », se décourageaient assez rapidement et ne s’attardaient pas très longtemps dans la poursuite de cette découverte.

Il y avait ceux enfin, qui ne sentaient pas non plus, mais qui, animés d’une profonde et insatiable curiosité et d’un besoin passionnel de rencontrer "la merveille" s'acharnaient. Et ceux là s’acharnaient, doutant de leur capacité, mais ils s’acharnaient et ils avaient raison de sentir autre chose, car le crâne ne vit pas comme dans les livres, ce qu'il exprime ce sont les entraves qui déforment la description livresque. Un autre ressenti est donc parfaitement justifiée, et parfaitement explicable. L’enseignement pratique de l’époque, hélas, manquait d’expérience et était contraint d’enseigner les textes. Je ne suis d'ailleurs pas sûr, et malheureusement, que ce ne soit pas encore trop souvent le cas. 

Je me souviens d’une anecdote assez significative survenue sans doute en 1981, dans une école où l’enseignement de l’ostéopathie crânienne occupait une large place et où l’enthousiasme des étudiants était symptomatique de la découverte de ces merveilles de la vie. C’était incroyable !

Un étudiant qui, parallèlement, était aussi en 5e année de médecine, mis en doute l’explication du MRP telle qu’elle était reproduite dans les traductions approximatives de Magoun qui circulaient à l'époque. Il le fit avec une violence telle, qu’il mit au défi l’enseignant de « bloquer son MRP », à la manière de Sutherland exerçant des contraintes sur son propre crâne pour en apprécier les effets.

La grande erreur de l’enseignant qui se sentait probablement menacé de perdre la face, fut d’accéder à son défi en acceptant de serrer une ceinture autour de la tête de ce sujet tellement opposant, qui, de toute façon, serait mort sur place plutôt que de reconnaître la moindre gêne. Bien sûr il ne céda pas et dit que le serrage de sa tête ne créait absolument aucune sensation de malaise. En fait, tout le malaise était chez l’enseignant, évidemment. Ce dernier rentra chez lui où il vomit tripes et boyaux.

La valeur de cette anecdote ? C’est que, lorsqu’un opposant a décidé de nier un phénomène, rien ne peut amener le « résistant » à reconsidérer sa position s’il ne l’a pas décidé. Dans ce cas de figure on sort du simple débat d’idée, et cela montre le caractère passionnel, absurde, qui peut se faire jour autour d'un sujet comme celui-là.

 

La population ostéopathique, qui veut rationnaliser, c’est à dire mesurer, « peser » un phénomène qui est avant tout de l’ordre de la perception, se coupe précisément, en grande partie, de cette perception. Cette population là, est particulièrement attachée à la reconnaissance. De l’ostéopathie sans doute, mais sans doute pas seulement. JB Taylor, dans « Voyage au delà de mon cerveau », situe notre ego dans le centre du langage, cerveau gauche, royaume du rationnel. Si l’on n’accepte pas de prendre, de temps à autre, un peu de distance d’avec ce domaine où l’on ne sent pas Monsieur, on ne sent pas, on mesure.

On mesure, on compare, on théorise, on fait œuvre scientifique au sens qu’on donne à ce mot depuis que « René » a établi sa domination.

On peut distinguer deux catégories de praticiens, d’une part ceux qui font en construisant à partir d’un savoir, et d’autre part, ceux qui acceptent d’être témoins de ce qui se fait en invitant le corps à se libérer de ses restrictions.

Et bien entendu, cela se fait, puisque c’est une des clés de l’ostéopathie que d’utiliser la capacité du corps à produire sa propre réparation. Les premiers, qui font, se coupent partiellement de la possibilité de sentir ce qui se fait, les seconds, qui acceptent d’être témoins de ce qui se fait, n’ont pas, dans ce processus la préoccupation de savoir très précisément ce qui se passe et d’en être directement responsables. Le temps d’accompagnement du processus de correction est libre de calcul, d’évaluation et d’analyse. Il essaie au contraire de s’en couper afin de ne pas induire la moindre influence qui n’appartiendrait pas aux tissus. Il doit juste s’imposer de sentir, de percevoir, avec des moyens dont chacun dispose, pourvu que chacun accorde à son sens tactile la valeur de relation qu’il a avec son environnement et avec les autres.

 

Il y a chez nos amis suisses, des confrères qui sont hostiles au concept MRP parce qu’il est inacceptable par la pensée rationnelle en tant que phénomène « non mesuré ». Quand ce principe de base est posé, le simple sigle MRP est alors susceptible de provoquer le rejet de l’idée même de tenter l’expérience. Mais il n'y a pas qu'en Suisse. La même réticence existe, très solidement en Belgique pour une partie des professionnels, et aussi en France où les ostéopathes abordant le crâne, étaient qualifiés de shampouineurs par une génération de praticiens formés en Angleterre. Loin de moi l'idée qu'il n'a pas existé au sein des shampouineurs des fantaisistes consommés, on ne peut pas l'empêcher, c'est ainsi. Mais il y a aussi des gens très sérieux qui font d'un mode relationnel, le fer de lance (expression curieuse dans le contexte) de leur activité thérapeutique.

Mais il est intéressant de constater que dans ces deux tendances, et en simplifiant à l'extrême, s’affrontent respectivement les « cerveaux gauches » d’un côté et les « cerveaux droits » de l’autre. Bien sûr, cette distinction à l’emporte pièce est excessive mais de part et d’autre, une dominante mène la barque qui n’offre pas à l’autre partie la possibilité de s’exprimer pleinement. L’une détaille, l’autre globalise. L’une effectue et dirige, l’autre perçoit et accompagne. L’une est attachée à faire, l’autre à laisser faire ou à laisser « se faire » et en l'occurrence, c’est précisément ce « laisser faire » qui permet que « cela se fasse ».

Je ne crois pas ces quelques lignes capables de permettre un grand changement dans cette situation d’opposition entre deux mondes. Il faudrait déjà qu'elles soient lues par un nombre suffisant de personnes et qu'elles convainquent de "leurs bonnes intentions". Tout au plus peuvent-elles apporter un éclairage susceptible d’amener entre les deux, un peu plus de compréhension et de tolérance, des précautions de langage de part et d’autre, précautions qui permettraient d’estomper les différences, donc de réduire les occasions de conflit et d’affrontement. Ramener la paix dans les tissus devrait être le but de tous les ostéopathes. Par quelque moyen que ce soit comme le suggérait Still. 

N'est-ce pas là l'occasion d'initier un grand Mouvement pour Ramener la Paix.

Bonne année.

 

AA

 

 

 

Commenter cet article

bedouet 10/01/2011 08:35


et merci pour la réponse de Jean Louis


BEDOUET 10/01/2011 08:18


ça fait du bien un tel article...
Merci mon cher Alain


Trickster 12/01/2011 07:15



Merci cher Bédouin.



Pierre Renaudeau 10/01/2011 00:29


Absolument excellent et lumineux! Nous avons fini par échanger courtoisemenr sur le fond, avec Monsieur Vaucher, grâce à Jean-Louis, toujours.


Trickster 10/01/2011 00:32



Je m'en réjouis vraiment.



Jean-Louis 09/01/2011 19:11


Alain,
Je trouve tout ton texte un tant soit peu alambiqué, malheureusement car le problème ne se situe pas là et la réaction de notre confrère suisse se comprend fort bien quand on le connaît et qu'on
est au courant de l'ensemble de ses travaux.
D'abord et justice doit lui être rendue : notre confrère suisse n'est pas un opposé à l'ostéopathie crânienne ! Cela, il faut le dire et l'écrire car il passerait bientôt pour être le "mauvais
coucheur" ce qui, manifestement, il n'est pas !
Ensuite, le regard qu’il porte est sur la forme : la manière dont, dans son article dont j’en ai fait l’éditorial de janvier, Pierre Renaudeau parle des conclusions qu’il tire de son ressenti.
Manifestement, Pierre va trop loin et ses explications ne se justifient pas, ici
Encore : Notre confrère suisse est un universitaire et ce fait explique sa réaction : côtoyant tous les jours des scientifiques, comment peut-il accepter les conclusions de l’éditorial sans réagir
? Quel universitaire, quel scientifique peut-il accepter les conclusions de l’éditorial ? Comment soutenir la valeur scientifique de l’ostéopathie au vu des explications proposées ? Aucun moyen. Et
ce que notre confrère suisse défend, c’est justement la valeur scientifique de l’ostéopathie, sa méthodologie, son épistémologie, sa recherche.
Et là, par cet éditorial malheureux, tout cet édifice perd de sa crédibilité, de sa valeur et combien de temps faudra-t-il pour le reconstruire ? C’est le problème que notre ami pose dans sa
réaction virulente, tout simplement.

Ma responsabilité est entière dans cette affaire, car c’est moi qui ai pris la responsabilité de publier et j’aurai dû prendre certaines précautions et ne pas en faire un éditorial. Car le ressenti
de Pierre Renaudeau, je suis certain que nombres d’ostéopathes (je ne peux plus m’appuyer sur le mien, ne faisant plus partie de la maison…) l’on déjà eu mais n’en parle pas ou prou de peur de se
retrouver dans la situation de Pierre : être immédiatement remis en cause, voire en boîte pour avoir dit des « contre-vérités » des « erreurs » et des « inepties ».
Mais j’ai publié et la seule chose que je regrette c’est que Pierre ait retiré son éditorial : il y a là manière à discussion, à réflexion, à philosopher et épistémologiser sur l’ostéopathie
crânienne, sans passion !
Faut croire que nous n’y arrivons toujours pas, en 2011 ! et c’est bien dommage.

Car dans cette affaire, et Sutherland en était parfaitement conscient, comme beaucoup d’autres depuis lui, le MRP n’est qu’un modèle d’étude et un essai de compréhension : il est cela et rien de
plus. Si nous gardons présent que ce modèle donne un essai d’explication, et seulement un essai, alors il peut être utilisé. C’est d’en avoir fait un absolu, une entité à part, un DOGME qui a rendu
le modèle inadapté à la compréhension des autres et aux ostéopathes.
Là est le vrai problème et le seul : sans MRP, pas d’ostéopathie crânienne : or cette proposition est fausse, tout simplement ! Le MRP est un essai de compréhension de ce que les ostéopathes
sentent à travers leurs mains posées sur le corps de leur patient, un ESSAI d’explication. C’est une théorie dont les prémisses, les 5 composantes ont été presque toutes inventées par Swedenborg et
reprises par Sutherland (qui n’a inventé que le mouvement du sacrum entre les iliaques). Ces 5 composantes, aucune n’a résistée à l’étude scientifique : il n’y a pas de fluctuation du LCR, ce n’est
pas la contraction des cellules gliales qui est le moteur des mouvements !
A ce jour, parler du MRP comme il en est parlé et parfois étudié est une erreur scientifique GRAVE ! tout comme parler des lois de Fryette de la colonne vertébrale.

Les ostéopathes, s’ils veulent être crédibles, doivent balayer non seulement devant leur porte, mais également à l’intérieur de leurs méninges et nettoyer leurs différents concepts, et, pour cela,
lire, relire, apprendre par cœur l’ensemble du dossier sur l’ostéopathie crânienne, ses concepts, ses doutes, ses remises en cause nombreuses et multiples publiées sur le Site de l’Ostéopathie.

Reste qu’il faut également étudier les sensations des ostéopathes, ce qu’ils sentent et ressentent et essayer de trouver une explication à l’ensemble de ces phénomènes perceptifs qui ne peuvent
être une simple et seule illusion de perception comme l’on parle d’illusions d’optique. Là est l’étude à faire !