Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Alain Térhieur












Après une longue interruption,
l'actualité m'amène à passer de la "hyène ordinaire" aux charognards. Sans doute rien de réjouissant dans ce nouvel article mais c'est assez d'assister à une mise à mort sans réagir, par résignation, par lassitude parce que les principaux intéressés semblent accepter une situation qui, dans les conditions actuelles, est destinée à s'aggraver encore et encore. Alors de l'intérieur, je dénoncerai tout ce qui le mérite, sans la moindre indulgence au fur et à mesure que les faits se présenteront. Je n'ai rien contre les rapaces sauf quand ils attaquent avant la mort avérée de la victime, et là quelques coups de bâton ne me dérangent pas personnellement.
La victime est toujours la même, il s'agit encore de l'ostéopathie. De quelque côté que l'on se tourne, on peut assister au dépeçage inlassable de ce corps magnifique dont tous les exploiteurs s'ingénient à ne laisser que les os. Cela conviendra certainement à ceux qui ne voient pas plus loin que ce qu'éclaire leur lampe à infra-rouge. Des techniques supplémentaires pour faire rentrer un peu plus d'argent. A ce propos on attend toujours une réaction véritable des caisses d'assurance maladie auprès de tous les kinésithérapeutes qui camouflent quelques manipulations derrière le paravent d'une prescription de rééducation.
Cela conviendra aussi probablement aux médecins passés par la case DIU (héritant ainsi à bon compte d'un titre d'ostéopathe) et qui ne voient dans "le corps manipulable" qu'un empilement de vertèbres qu'ils prétendent avec orgueil traiter d'une façon scientifique.
Ces gens là peuvent remercier le gouvernement de leur avoir livré le corps blessé de l'ostéopathie privée d'enfants à venir, assez bien formés pour la protéger grâce à des décrets scélérats.
Quant au vol des charognards organisés au sein des 51 écoles ou centres de formation agréés par les services soit disant compétents, on se dit que si tout cela n'est pas fait pour tuer l'ostéopathie, ça y ressemble pourtant bien.
Peut-on espérer voir un sursaut chez les ostéopathes véritables que l'on conduit doucement mais sûrement sur le chemin des obsèques de l'ostéopathie ? Vraiment il serait grand temps. Comme il serait grand temps que les associations et syndicats dignes de ce nom s'unissent pour un travail en commun. 

Commenter cet article