Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Trickster

déontologie

 

Et bien en voilà une bonne nouvelle ! Cinq associations professionnelles se mettent d'accord sur un code de déontologie commun. C'est une annonce dont on peut se réjouir, comme d'ailleurs de toute information qui fait entendre cet air d'unité à la profession.

 

Après de nombreux échanges confraternels, collégiaux et efficaces, les associations du GFIO (AFO, CNO, SNOF, ROF) et le ROF ont finalisé un code de déontologie qui s'appliquera à l'ensemble de leurs adhérents.

Directement inspiré du code de déontologie européen de la Fédération Européenne des Ostéopathes (FEO), il a été adapté à la législation française.

C'est un texte moderne, adapté complètement à la spécificité de l'ostéopathie et permettant un exercice libéral plein et entier tout en garantissant la sécurité des patients.

Il montre avec éclat qu'un travail unitaire est tout à fait possible entre les associations pour peu qu'elles demeurent indépendantes des intérêts commerciaux.

Un bel exemple qui aide à à la structuration de notre profession et au bien de tous les ostéopathes.

Cette annonce faite par le site de l'UFOF n'est reprise à ce jour, sauf erreur, que par le site du SNOF. Sans doute une mise à jour qui tarde à se faire pour les autres dont nous ne doutons pas que tous se réjouissent de cette décision commune.

La position du ROF dans cet ensemble présente une certaine ambiguïté.

En effet jusqu'alors, en tout cas jusqu'à un passé récent, le ROF se présentait comme la seule association à pouvoir garantir l'éthique et la déontologie des professionnels. IL est clair que depuis longtemps ce même ROF était sorti des rails de cette orientation pour avoir voulu étendre ses prérogatives au domaine syndical en s'immisçant entre autre, dans le domaine de la politique professionnelle avec des résultats dont on ne lui a pas toujours été reconnaissant.

Les dirigeants ont changé, un certain bon sens semble avoir repris place au sein de la direction actuelle, mais le statut du ROF demeure différent dans les faits de ce qu'il a été lors de sa création, à savoir une organisation en charge des seules éthique et déontologie.

Dès lors qu'un accord (bien venu) a été conclu sur ces questions au sein des membres du GFIO, il appartiendra à chacune de ces associations de garantir, d'assurer que le comportement éthique et déontologique de ses membres est et restera en accord avec le contenu du texte pris comme référence.

Mais quel serait l'intérêt pour l'un quelconque de ces membres individuels d'ajouter à son appartenance initiale une adhésion au ROF, la question reste posée.  En dehors de l'intérêt, discutable, d'augmenter ses frais professionnels en vue de la future déclaration d'impôts, l'appartenance au ROF ne donne pas plus qu'autrefois, la garantie pour le public d'être un ostéopathe hors pair. Voilà sans doute de quoi méditer pour une association qui avait autrefois la noble tache de devenir le tissu conjonctif de la profession et que les guerres de pouvoir et les rivalités de toutes sortes auront conduit à perdre sa vocation initiale.

Si néanmoins la déontologie acceptée par tous peut jouer ce rôle de tissu de soutien à l'union du plus grand nombre des ostéopathes, alors l'évolution n'est pas si mauvaise. Il reste à confirmer cette tendance de la part du GFIO qui pour l'instant se comporte de façon plutôt intéressante.

 

AA


Commenter cet article

Nowar 25/09/2011 23:21


Qu'en ces temps troublés cette nouvelle fait chaud au coeur.
Et toc sur les moqueurs, les tics revient dans le débat.
Suivons aimablement la croissance de ce bébé


seb 23/09/2011 12:42


C'est bien de voir une déontologie commune.
Reste à savoir qui la fera appliquée.

On est en droit de se demander s'il est judicieux de laisser à une organisation professionnelle le soin de gérer elle même ses adhérents.
Lorsque l'on voit des organisations avec si peu d'adhérents, on peut se demander si elles auront ou non intérêts à en exclure en cas de dérives ?
De plus certains ont des rapports étroits avec des écoles, en ayant la majorité de ses membres sortant de 2 voir 3 établissements. On est de la même manière, en droit de se demander s'il existe
réellement une indépendance ?

Enfin, il est dit dans ce code :
"Les mentions [...] ont un objet informatif et ne doivent pas notamment refléter un caractère publicitaire ou commercial".
Que va t'il se passer avec les membres de l'AFO sur les pages jaunes, ainsi que tous les ostéopathes ayant recours aux agents commerciaux des pages jaunes ?
Est-ce la fin des sites internet, des Groupon et compagnie ?

En théorie, ces pratiques ne devraient déjà plus avoir d'existence avec les membres de ces 5 associations...
Or ce n'est bien évidemment déjà pas le cas !

Il est vrai qu'en l'état le ROF va perdre sa place tout intérêt quelconque.

Place que ce dernier aurait pu trouver et trouvera je l'espère au sein de la FFO, qui propose une structure, le HDCO, afin de faire appliquer le code de déontologie.

Structure qui à mon avis et vous l'aurez bien compris manque à l'heure actuelle !


Trickster 25/09/2011 09:14



Reste à savoir aussi comment les préposés à l'observance de cette déontologie la feront appliquer, avec quels moyens et en fonction de quelles contraintes. Mais il n'y a pas une grande différence
avec les moyens dont est censé disposer le ROF lui même. Quels sont ses possibilités de coercition s'il faut employer un mot aussi laid ? A peu près nulles pour le moment.


Quant aux plus mineures des associations, dont on a vu en certaines occasions que le sens de l'éthique était pour le moins approximatif, on peut effectivement se poser la question. Ce "partage"
de la déontologie correspond à une sorte de promotion, pas forcément méritée, mais il y a un moment ou il semble utile, sinon nécessaire, d'entrainer tout le monde sur ce que l'on considère comme
la bonne pente.



peronnet 22/09/2011 21:08


Dans l'absolu ,il serait louable de cotiser au ROF,à la CNO et à une autre association professionelle genre UFOF où AFDO...mais voilà ,combiens d'ostéos sont prêt à faire une multiplication des
cotisations pour simplement l'honneur de l'ostéopathie...???à quand une division à l'unité des cotisations incluant les différents protagonistes de cette dernière réunion du GFIO...???


Trickster 25/09/2011 09:24



Est-ce que ça ne remettrait pas sur le tapis la question d'une union plus large ? La CNO doit elle être vue comme une association intermédiaire entre le ROF et l'une des autres citées, UFOF ou
SFDO ? Je ne comprends pas cette apparente distinction.


A une certaine époque j'aurai volontiers proposé que toutes les associations versent une quote part au ROF, et que de ce fait l'ensemble des adhérents disposant des critères requis en deviennent
membres. Mais il eut fallu que chacun reste à sa place et ça c'est une autre paire de manches.