Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Trickster

imgres-copie-31.jpeg

Suite à l'article du Monde du 24 mars, rapportant les préoccupations des ostéopathes consternés de voir à quel point la formation des futurs professionnels avait emprunté une voix totalement incontrôlable à la suite des décrets de 2007, ce même article est repris in extenso sur le site Actus Univadis. Cette préoccupation est donc transmise et on peut considérer dès lors que les manifestations qui sont à l'origine de ce suivi de la presse s'avèrent constituer une initiative positive pour l'information du grand public. Certes la période actuelle ne nous laisse guère entrevoir d'évolution rapide même si les décrets concernant une meilleure gestion du contrôle de l'enseignement "seraient" prêts à être signés.

 

Les syndicats d'ostéopathie demandent une réglementation de la formation

Alors que certaines professions médicales font l'objet d'une pénurie de professionnels, le Syndicat français des ostéopathes (SFDO) s'inquiète de son côté du nombre important de jeunes formés chaque année. En effet, le nombre d'ostéopathes exclusifs, ne pratiquant que cette spécialité, a doublé en moins de trois ans, passant de 4.700 en juillet 2009 à 9.200 en janvier 2012, selon la Fédération française des ostéopathes. A côté de ces praticiens on compte environ 6.000 kinésithérapeutes-ostéopathes et près de 1.400 médecins ostéopathes. Plus quelques infirmiers et sages-femmes. Au total, on évalue à 17.500 le nombre actuel d'ostéopathes en France, dont la formation est très variable d'un spécialiste à l'autre. "Les trois quarts des ostéopathes sont incompétents", déplore Roger Caporossi, vice-président du Syndicat national de l'enseignement supérieur en ostéopathie (Sneso). "L'incapacité des pouvoirs politiques à réglementer la formation ainsi que l'exercice de l'ostéopathie entraîne aujourd'hui un grave problème de santé publique, dont seul l'Etat peut être tenu responsable". La profession demande ainsi une réforme de la réglementation sur l'agrément des établissements de formation. Des décrets sont toujours en attente sur les conditions d'agrément des écoles. Ils n'attendraient plus que la signature du ministre de la Santé. Reste à savoir s'ils seront publiés avant les élections.

 

Et s'ils l'étaient ces décrets là seraient-ils plus satisfaisants que les précédents, bien malin qui pourrait l'affirmer.

Dans le même temps, le 2e salon européen de l'ostéopathie pour l'organisation duquel nous avions montré des réticences l'an dernier, recevait hier matin, samedi 31 mars 2012, le Professeur Bernard Debré dans le cadre de sa proposition de loi qui on le sait, n'a pas dans sa forme actuelle, obtenu un consensus de la part des différentes associations ou syndicats professionnels.

On peut se demander à bon droit quel était l'intérêt d'une telle rencontre alors qu'à l'évidence la période ne se prête guère à une quelconque évolution de la situation, tant chaque homme politique est suspendu à l'élection prochaine du futur sauveur de la France. Un peu de publicité pour le salon ? Un peu de publicité pour Monsieur Debré dans une période préélectorale ?

Nous n'y étions pas, nous ne pouvons donc émettre aucune critique sur le type de débat qui a bien pu avoir lieu mais son intérêt virtuel nous semble extrêmement... virtuel.

Une seule chose a accroché nos oreilles aux aguets : une rumeur. De celles dont on se dit qu'on a peut être mal entendu, qu'on aimerait bien pouvoir tendre l'oreille à nouveau, voire les deux si c'est possible. Et pourtant elle résonne dans votre tête, rebondit sur les parois pour se faire insistante, envahissante et pourtant impensable. Bon je sens que vous vous impatientez, alors je vous la livre comme elle m'est arrivée et bien sûr je ne peux pas citer ma source qui risque gros dans cette affaire. 

Compte tenu de l'intérêt que Monsieur Debré a conçu pour l'ostéopathie, il serait prêt à participer à un gouvernement socialiste pour défendre sa proposition de loi. Non je ne peux donner aucun détail. Stupéfiant non ?

 

Alain Prævu



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean-Louis 01/04/2012 21:34

Le premier avril est toujours de mise mon cher Alain ! et Michel se retournerait dans sa tombe si le Bernard faisait cela... même pour l'ostéopathie :-))

Trickster 02/04/2012 00:13



C'est sûr Jean Louis, peut-être même qu'il en sortirait !



Nowar 01/04/2012 20:18

Les rumeurs ne vivent que par ceux qui les colportent.
Le microcosme français est en campagne, certains vont vers Austerlitz, d'autre vers Waterloo. Mais dans quelle galère sont allés ces diables d'ostéopathes? Offrir leur tête au représentant du
bourreau?
O tempora O mores.....

Trickster 01/04/2012 20:39



Et bien mon cher Nowar ça fait longtemps qu'on ne s'était parlé ou plutôt écrit. Je sais que tu gazouilles de temps à autre. C'est le moment, c'est le printemps !