Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Trickster

 

images.jpeg

 

Après une très longue pause "blogueuse", les enfants de Still n'ont pas mis longtemps pour rencontrer un sujet à la mesure de ce que les ostéopathes pratiquent depuis de longues années : la dispute, la discorde, voire le conflit.

Reprenant un peu le contact avec les informations, articles et bruits divers concernant la profession (qui hélas, n'en est toujours pas une), voilà-t-il pas que nous tombons sur un texte bien fait, délivrant quelques vérités en ce qui concerne l'appréhension un peu rapide du rôle des syndicats ou associations de la part des jeunes professionnels.

Olivier de Lagausie, chargé de communication pour le SNOF, syndicat que nous n'avons pas toujours épargné dans le passé pour son acharnement d'alors à vouloir tout faire passer par le chas juridique de la procédure, trouve une argumentation intéressante et convaincante pour amener les jeunes ostéopathes et les ostéopathes en général à se rassembler sur des éléments incontournables concernant le devenir de l'ostéopathie.

De quoi rallier une partie de ces jeunes professionnels qui critiquent les syndicats pour la médiocrité des résultats obtenus en matière de défense professionnelle et qui sans doute, faute de trente années d'expérience ne savent pas grand chose de ce que leurs aînés ont traversé pour en arriver là où nous sommes. Satisfaisant ? Non bien sûr mais existant et obligeant à lutter encore pour continuer à le faire et si possible dans des conditions plus honorables pour l'ostéopathie.

Chacun est sans doute convaincu depuis longtemps que nous ne pourrons y parvenir que si nous le faisons tous ensemble et ceci est d'une évidence telle que nous pensons parfois qu'il est inutile de le répéter. Et pourtant, clairement, si intellectuellement cette vérité semble acquise, dans les faits elle ne l'est pas puisqu'il se produit régulièrement des prises de positions, des uns ou des autres, pour prouver le contraire.

Parvenir à la concorde proposée par ce texte serait vraiment l'état de grâce dont nous rêvons depuis longtemps.

Il faut donc lire sur le site de l'ostéopathie la profession de foi d'Olivier de Lagausie à laquelle chacun peut adhérer mais constater à quel point, dans ce domaine, un mot, un seul, peut relancer ce vieux réflexe qui me fait revoir la cour de récréation de mes très jeunes années où, pour des prétextes résolument enfantins, deux protagonistes se repoussaient en se toisant du regard jusqu'à ce qu'on les sépare pour éviter l'inévitable bagarre.

La réaction venant de Fernand Paul Berthenet peu enclin à laisser "les turpides actuelles" planer autour de la CNO et de lui-même par voie de conséquence. Le mot a-t-il été employé à dessein ? Avec un peu de confusion ? On a beau être écrivain, on peut parfois être imprécis et se prendre les pieds dans le tapis au cours d'une rédaction trop rapide. C'est arrivé à tous ceux qui se mêlent de diffuser des opinions. Malheureux sans doute en matière de communication.

"Remâche ton texte au moins sept fois avant de le restituer surtout quand il est important", une règle à laquelle il serait sans doute nécessaire de se conformer avant de diffuser un message qui, a bien des égards, mérite de l'être.

Mais ne voilà-t-il pas, une fois de plus, un beau défi que celui de tenter de réconcilier les contraires dans un travail essentiel qui concerne chacun d'entre nous : unir Grâce et Turpitude.

       AA

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

PascalK 17/07/2012 14:04

Je propose un combat dans la boue avec des paillettes ?

Trickster 17/07/2012 15:18



Entre qui et qui ? Je veux bien prendre les inscriptions.



pp 24/06/2012 20:42

Voilà qui est bien plaisant de lire à nouveau "les enfants de still"et grâce et turpitude me font penser à mon activité annexe de grimpeur-ostéopathe où parfois nous livrons un autre combat avec le
rocher:la pesanteur où la grâce.J'ai toujours pensé que escalade et ostéopathie avaient des points communs...On pourrait faire un lien entre les degrés de cotations des difficultés de ce sport et
les différents degrés de lecture des textes à propos de l'ostéopathie .

Trickster 25/06/2012 22:57



 Merci pour cet accueil PP. L'escalade sera décidément un regret en ce sens que je ne m'y serais pas vraiment initié. Et j'imagine volontiers que les qualités nécessaires à l'accomplissement
de l'escalade conviennent parfaitement à la pratique ostéopathique. Quant aux différents degrés de lecture je ne me prononcerais pas.