Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Trickster

medium_anatole_douste_blazy.jpgPardon de revenir sur un personnage dont l'intérêt n'a de sens que pour lui-même, mais un article qui m'a été transmis par un ami des enfants de Still et provenant du site Le Monde.fr oblige a reprendre avec sérieux les réflexions de l'épisode précédent sur l'annexion d'une part importante du gateau ostéopathique par le groupe Octant et sa branche patissière Novétude.

 

Le début de l'article est assez édifiant :

 

Les écoles d'ostéopathie bousculées par les fonds d'investissement
Le Monde - Isabelle Rey-Lefebvre 20/05/2014
La reprise en main de l'enseignement paramédical privé par des fonds d'investissement met-elle en péril la formation des futurs praticiens en France ? Une dizaine de fonds d'investissement français, américains ou britanniques se sont mis, depuis 2008, à acheter des écoles dont ils font évoluer la gestion, souvent familiale, en industrie de service la plus rentable possible. Non sans bousculer critères de sélection et contenus pédagogiques.

C'est à l'un de ces fonds, le français Octant, qu'en mars 2010, l'ostéopathe Jacques Weischenck a vendu ses parts du Collège ostéopathique Sutherland (COS), alors en pleine croissance. Octant a créé une filiale dédiée, Novétude, qui, avec 12 000 étudiants dans 45 établissements, se dit numéro un français de la formation aux métiers de la santé.

 

Dès la rentrée 2010, les nouveaux actionnaires imposent de rudes critères de rentabilité : « Nous avons reçu la consigne d'augmenter les effectifs, de 60 à 80 et jusqu'à 120 étudiants par promotion, mais en réduisant le budget communication, crucial pour le recrutement », raconte une ancienne cadre, licenciée depuis.

 

Quand on a lu ça, on a compris l'essentiel. Cette affaire n'est pas promise à former des ostéopathes, elle est consacrée à la rentabilité.

Cependant, pour ce qui concerne la communication, elle semble avoir été remplacée par une forme de harcèlement tant il est difficile de ne pas voir apparaître à tout instant sur nos écrans, une publicité pour le COS, Soit disant N°1 de l'ostéopathie en France.

 

TOUS LES CADRES SONT LIMOGÉS

A cette époque, les écoles fonctionnaient très bien, dégageant, en 2011, 1,8 million d'euros d'excédent d'exploitation sur un chiffre d'affaires de 11 millions d'euros (cette trésorerie permettra à Novétude de procéder à de nombreuses acquisitions d'écoles). La nouvelle direction du COS va, en dix-huit mois, limoger tous les cadres ainsi que leurs assistantes. Sur un effectif de quarante personnes, dans trois sites, une trentaine partent.

Le prix de la scolarité se met à augmenter, de 7 250 euros par an en 2008 à quasiment 8 000 euros en 2014. « Nous avons, depuis deux ans, stabilisé nos prix », fait remarquer Claire Dray, directrice pédagogique, arrivée en 2011 et venue des écoles de commerce.

Laurence Baumann, médecin ostéopathe et responsable pédagogique, part avec fracas le 30 mai 2012. Elle raconte : « A chaque demande, on nous répondait : “c'est trop cher”. Et nous avions des consignes impossibles à appliquer : des examens raccourcis, supervisés par des personnes incompétentes… Surtout, les exigences pédagogiques ont été abaissées pour faciliter le recrutement et limiter les redoublements. J'ai vu des étudiants de très faible niveau obtenir leur diplôme d'ostéopathe ! »

L'actuelle directrice pédagogique, Claire Dray, explique que, le nombre de candidats ayant baissé, la sélection ne refuse l'entrée qu'à 5 % à 10 % d'entre eux, au lieu des 30 % de recalés de l'ère Weischenck. Il est vrai que le marché de l'enseignement de l'ostéopathie a changé depuis l'entrée en vigueur, en 2007, de procédures d'agrément des écoles si souples qu'elles ont conduit à leur prolifération. On compte, en France, soixante écoles d'ostéopathie, alors qu'une vingtaine suffirait. Une conséquence est la dégringolade des revenus des ostéopathes.

L'ensemble de cet article parle de lui-même et les commentaires que chacun peut en faire ne plaident guère en faveur de cette sinistre entreprise commerciale qui n'a que faire de ce qu'elle est censée enseigner. Le rabais n'est d'ailleurs pas exclu des moyens développés pour retenir des étudiants qui envisageaient de quitter l'usine !

UN RABAIS DE 500 EUROS

Philippe El Koubbi, médecin ostéopathe, qui enseignait au COS avant de démissionner en février 2013, confirme : « J'alertais les étudiants sur les difficultés du métier, en leur disant de ne pas s'illusionner sur les niveaux de rémunération. Lors d'un entretien d'évaluation, on m'a reproché d'avoir tenu ce discours, qui ne cadrait pas avec le “miroir aux alouettes” tendu aux étudiants. » « Pas du tout, s'insurge Claire Dray, nous alertons les étudiants sur les conditions économiques du métier, les formons et leur donnons des outils de géolocalisation pour choisir les bons emplacements. »

Quoi qu'il en soit, les étudiants n'ont pas tous apprécié le changement de régime. Ceux de 4e année ont, en juillet 2013, menacé de s'inscrire ailleurs, critiquant la qualité de l'enseignement et réclamant une baisse des frais de scolarité : un rabais de 500 euros leur a été consenti.

Le nouveau directeur général de Novétude, Martin Hubert, un centralien spécialiste de « conduite du changement », nommé en décembre 2013, doit obtenir avant septembre 2015 les agréments pour ses écoles. Or la nouvelle réglementation impose des critères beaucoup plus exigeants que ceux de 2007 et devrait conduire à diviser le nombre d'écoles par trois.

Pour « garantir une démarche pédagogique qualitative », Martin Hubert a sollicité l'ancien ministre de la santé Philippe Douste-Blazy pour présider le comité scientifique de Novétude, dont l'enseignement de l'ostéopathie n'est qu'une des quatre activités. Cette nomination a « sidéré » le milieu des ostéopathes, qui rappellent que le ministre avait, entre 2004 et 2005, freiné la reconnaissance de la profession.

Les doutes de M. Douste-Blazy subsistent et pourraient remettre en cause sa collaboration : « J'ai découvert que Novétude avait des écoles d'ostéopathie, et, dès la première réunion du conseil scientifique, en mars, j'ai demandé des rapports d'évaluation de cette pratique. Je confirmerai ma participation selon ces résultats. »

 

Pour ce qui concerne "la garantie d'une démarche pédagogique qualitative" et la sollicitation de "Vaccinator", le risque est qu'en se tordant de rire on aille au delà de ses limites articulaires. Quant aux doutes de ce dernier (qui subsistent !) et de sa découverte tardive que Novétude avait aussi des écoles d'ostéopathie, on attend avec impatience le résultat des rapports d'évaluation qu'il a demandé pour savoir si sa droiture est à la hauteur de ses convictions ou de sa rémunération (parfois, curieusement, cela se confond). 

En attendant il convient de prévenir, par tous les moyens possibles les étudiants potentiels qui seraient tentés de s'embarquer dans cette galère.

AA

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article