Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Trickster

En parcourant le site de l'ostéopathie, j'ai découvert cette photo apparemment triomphante de Jacques Descotes, à l'époque président de l'AFDO (Association Française Des Ostéopathes) et de Régis Godefroy président et fondateur de l'UFOF (Union Fédérale des Ostéopathes de France), pour un article signé par Bruno Ducoux et intitulé : "l'union des ostéopathes comme chemin vers le bonheur". Cette photo avait été prise à l'issue d'une Assemblée Générale qui devait réunir les deux associations.

 

C'était une belle idée qui découpait la France en 9 régions destinées à regrouper tous les ostéopathes. C'était une idée chère à Régis Godefroy, à laquelle tout le monde aurait pu adhérer. L'ostéopathie était encore en recherche de reconnaissance, comme il se disait à l'époque. Mais n'était-ce pas plutôt les ostéopathes qui étaient en recherche de reconnaissance alors qu'on essayait de leur faire entendre que l'ostéopathie avait besoin d'une réglementation.

Il faut bien dire qu'en 1989, peu de gens croyaient à la possibilité de cette réglementation. Les procès pour exercice illégal de la médecine tombaient drus, les ostéopathes s'organisaient pour y faire face et la publicité faite autour des procès comme celui de Lyon, qui réunissait la même année 14 personnes (si ma mémoire ne me trompe pas), ostéopathes en majorité, auxquels quelques chiropraticiens s'étaient joints à leur corps défendant. Ces procès plaidaient en réalité pour la cause de l'ostéopathie.

L'idée d'une fédération était bonne, mais il eut fallu qu'elle apparaisse comme émanent de tout le monde à la fois et non pas d'une personne ou d'un groupe de personnes. L'échec était joué d'avance, d'autant que le promoteur de ce projet avait eu par nature une certaine propension à vouloir le faire passer en force. Même pour la bonne cause, ça ne pouvait pas marcher.

Je ne sais pas comment s'est passé la réunion d'hier 18 décembre à Nîmes. Je ne sais pas si les participants ont pu se parler sereinement ou bien si le projet de Philippe sterlingot a fait se dresser une levée de boucliers.

Il est vrai qu'il est arrivé avec le pas feutré d'un bulldozer et qu'à coup sûr ce n'était pas la meilleure façon de procéder. Le projet contient probablement des éléments intéressants qui mériteraient certainement d'être examinés par tous mais sûrement pas d'être imposés à tous. Même si ce n'était pas l'intention du promoteur, c'est certainement comme cela qu'elle aura été perçu.

L'implication de structures d'enseignement dans le projet ne simplifient pas les choses en y mêlant inévitablement des intérêts financiers. On retrouve quelque chose qui ressemble fort aux écueils posés dans les années 80 par une Collégiale Académique aujourd'hui disparue, mais qui avait, à l'époque, pesé de tout son poids sur la destinée des velléités d'union professionnelle. 

"Trop d'union" chez les professionnels n'était pas forcément considéré comme bon par le front de l'enseignement. Actuellement, le problème est encore plus complexe puisque de façon globale, on peut dire que la question de l'enseignement est catastrophique.

Ceci étant, il est assez tentant de sélectionner les quelques écoles qui tiennent la route pour en faire une sorte de référence. Mais sur quels critères vérifiables ? Les diverses normes, européennes ou pas, qui n'ont pas grand chose à voir avec la qualité de l'enseignement en tant que tel ? Non cela ne suffit pas.

A l'évidence il y a beaucoup de points à examiner, à évaluer, à contrôler.

J'espère simplement que l'obstacle créé par "cette proposition forte de Fédération" aura pu être contourné, et qu'il n'aura pas conduit à une rupture de plus dont l'accumulation susciterait le ridicule.

Les ostéopathes acteurs de ces évènements sont-ils encore en recherche de reconnaissance ?

 

Où commence l'ostéopathie et où s'arrête la manipulation ?

 

En ce dimanche, avant de connaître les détails de la journée d'hier, je m'efforce, pour une fois, de rester optimiste quant à la capacité des gens présents lors de cette rencontre, à prendre assez de distance pour revenir à la question fondamentale : et l'ostéopathie dans tout ça ?

 

AA

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nowar 19/12/2010 19:17


Allons bruler des cierges à Lourdes?!!


Jean-Louis 19/12/2010 16:19


Le ROF a publié un communiqué sur cette réunion que le Site de l'Ostéopathie a repris :http://www.osteopathie-france.net/essai/
Je voudrai également attiré l'attention sur 2 évènements :

1.La réunion de Rennes où, là aussi, toutes les associations étaient réunies. A cette occasion le SNOF a émis sa "profession de foi"
http://www.osteopathie-france.net/essai/les-associations/snof/1229-foi

2. L'autre information qui se trouve sur le blog de M. Javerliat : l'AFO et le SNOF auraient déposé un recours au Conseil d'Etat pour mieux définir la (ou les) profession(s) qui exercent
l'ostéopathie.

Affaires à suivre donc


Trickster 19/12/2010 23:28



Le communiqué du ROF nous dit au moins que la réunion a eu lieu et qu'elle a été "globalement positive". On ne pouvait pas espérer moins que ça.


Quant à la profession de foi du SNOF elle nous rappelle surtout les mérites supposés de la dite association, rien qui laisse entendre le renoncement à court terme, à la rigidité dont elle a su
faire preuve antérieurement. Tout peut changer bien sûr.


Quant au recours au conseil d'état dont l'AFO et le SNOF ont déjà usé, ça ne laisse pas présager que des moments de détente.


A suivre effectivement.