Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Trickster

             Sans moi les gars !

images-2.jpegQuand "ils" ont dit qu'il faut s'unir, nous ne nous attendions pas à une telle avalanche de commentaires. Soit, avalanche est un peu fort, mais quand même, il faut actuellement beaucoup plus de temps pour lire les commentaires que pour prendre connaissance de l'article, très court au demeurant, qui ne faisait que pointer du doigt une fois de plus, l'étonnante désunion des ostéopathes sur une question les concernant tous directement, toutes associations confondues.

Si nous laissons de côté deux ou trois commentaires "chahuteurs" et deux autres, masqués derrière un pseudonyme plutôt étrange qui n'empêche néanmoins pas de savoir d'où proviennent leur absence de sérieux et leur faiblesse argumentaire, il en est d'autre qui méritent l'attention et c'est évidemment d'avantage sur ceux là que va se pencher notre inventaire.

 Il y a donc deux sujets dans les quelques lignes de cet article : le RSI (Régime Social des Indépendants) et, mise en évidence par des consignes de vote concurrentes, la désunion des ostéopathes ou, exprimé autrement, la nécessité qu'ils s'unissent.

Indéniablement la question du RSI est importante actuellement, et jusqu'au 22 octobre (date limite du vote), mais il ressort de tous ces commentaires (au nombre de 37 à l'instant où je tape ces mots) qu'une question au fond plus existentielle en profite habilement pour refaire surface : pourquoi les ostéopathes ne travaillent-ils pas tous ensemble ?

Il faut reconnaître que c'est un confrère, plus particulièrement, qui a alimenté cette interrogation, manifestement avec sincérité et une passion que l'on sent friser la page du blog. Pour ce qui me concerne, Je peux dire que cette interrogation commençait à poindre avec plus ou moins de conviction il y a 25 ans et plus. 

Seb, donc, est exaspéré par tant d'énergie gaspillée, par le fait que nous ne sommes pas capables les uns et les autres de ne considérer que le positif de nos actions, pas capables de laisser de côté ce que les uns ou les autres considèrent comme une trahison ou un coup bas ou simplement un "lancer de bâton dans les roues". Quand on est spectateur de ce type d'échange, incontestablement c'est exaspérant, d'autant que bien entendu, toute bonne ou mauvaise foi confondues, c'est toujours la faute de l'autre de quelque côté que l'on se place. Et toute tentative de prouver sa bonne foi aux yeux des "spectateurs", risque d'être considérée comme une manoeuvre, comme une manipulation, domaine dans lequel nombre d'ostéopathes excellent.

Nous comprenons très bien Seb dont l'oasis, visible au loin dans un tremblement d'air, se pare des couleurs de la concorde, concorde entre les différentes associations pour qu'elles fassent ensemble des actions profitables à l'ostéopathie.

C'est une belle image et j'ai rêvé moi aussi de cette oasis que je croyais avoir aperçu, au moment où j'ai décidé de laisser à d'autres le soin de poursuivre la marche.

Dur constat en réalisant qu'il s'agissait d'un mirage ! 

Et à chaque fois il faut tout recommencer. Les "spectateurs" ne voient pas tout et pour cause car il n'est pas bon de tout montrer même si ce qui reste visible, lorsque cela apparaît négatif, est encore en trop.

Il faut que les "spectateurs" dont je fais partie depuis 13 ans maintenant, essaient de prendre conscience de toutes les forces en présence inévitablement antagonistes lorsque les intérêts de certains pôles sont concernés et éventuellement menacés.

Même si tous les intérêts en présence sont liés à l'ostéopathie, tous ne vont malheureusement pas dans le même sens. Chacun tente d'habiller ses actions d'un vêtement positif et il n'est pas toujours facile de faire la part des choses lors du défilé quand on n'a pas une parfaite connaissance des dossiers.

Si l'enseignement était universitaire, il y aurait sans doute beaucoup moins de problèmes et pourtant je ne le souhaite pas, convaincu que l'ostéopathie n'est pas une matière d'amphithéâtre. Quant à l'enseignement tel qu'il se présente actuellement dire qu'il est une grave préoccupation est un euphémisme. L'état, par le ministère de Xavier Bertrand a ouvert la boîte de Pandore libérant toutes les possibilités d'excès en particulier en matière de formation et d'agréments des établissements correspondants.

Parmi les commentaires il faut signaler aussi la participation de Dominique Blanc qui a tenté d'expliquer le choix du vote pour lequel le GFIO fait campagne, à savoir le CNPL, en particulier parce qu'il comporte dans ses listes les noms de 15 ostéopathes.

Le ROF de son côté encourage ses adhérents à prendre part au vote mais il semble qu'il ne nomme pas la liste dans laquelle figurent les noms de ces professionnels. Il est tout à fait concevable que nombre de votants potentiels ne peuvent pas reconnaître des consœurs ou confrères simplement sur leur nom. 

C'est "Hage", une consœur probablement jeune, contrairement à ce que semble indiquer son pseudo, qui nous signale (commentaire n° 42) que le ROF donne une direction de vote (la liste où l'on trouve des ostéopathes) mais ne la nommant pas, n'éclaire pas vraiment ses adhérents.

A l'instant nous sommes arrivés à 47 commentaires, mais je vous invite à lire celui de Nowar au bas de  Après tout ce qu'ils ont dit, un commentaire devient article. ( Attention ! le premier de ses commentaires !) qui, comme à son habitude, nous gratifie de son humour et de son bon sens foncier.

Les derniers échanges ont eu lieu entre Seb, héros de cet article, et Dominique Blanc qui n'a pas ménagé sa peine pour expliquer et défendre son point de vue concernant le choix de la CNPL.

Les enfants de Still sont très heureux d'avoir suscité, non sans une certaine surprise d'ailleurs, tous ces échanges qui ont conduit au moins à une certitude : dialoguer est possible même, et surtout peut-être, lorsqu'on ne commence pas forcément la conversation avec un point de vue identique. 

Un certain type d'union est indispensable, vital même. C'est celui par lequel des associations gardant leur identité pourraient envisager de tirer ensemble et dans le même sens le très lourd chariot de la problématique ostéopathique en France.

Comme l'engagement en a été pris, nous ne doutons pas que quelque chose se passe, dans les semaines à venir, qui nous donnera raison d'avoir cru reconnaitre le bout du nez d'une certaine confiance cachée sous un monceau de commentaires.

 

AA

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nowar 22/10/2012 17:08

Merci Trickster.

L'abondance de commentaires signe le sujet sensible. L'union se pèle et nous fait pleurer, se rissole dans quelques veilles échoppes ou elle fait la joie du consommateur.
L'union est fédératrice. mais de quoi parlons nous vraiment?
L'union des orphelins de la volonté soucieux de leur unique avenir mais vaguement conscient que celui-ci est suspendu, telle l'épée pour Damoclès, à l'éphémère intérêt électoral des politiques
happés par suite dans le ballet des lobby pour une agonie d'un signe d'espoir? Les yakafaucons du café du commerce que l'on n'entend jamais si ce n'est pour dénigrer le travail extraordinaire
(qu'on y adhère ou pas)de tous les acteurs de notre microcosme?
Ou bien cette horde sauvage de désobéisseurs à l'ordre pharmacoindustriel qui jour après jour raniment la flamme de Still en démontrant que l'ostéopathie n'est pas un complément mais l'essence de
la santé.
Alors, mettons tous le raton laveur sur notre tête et comme Davy Crokett.....
Nowar

Trickster 22/10/2012 18:33



Nowar, I love you !



seb 19/10/2012 08:04

Vous avez parfaitement résumé, ma vision et mes incompréhensions.
Merci

Trickster 19/10/2012 12:10



Le raton laveur, ça marche toujours, merci Prévert.



Renaud Leclerc 18/10/2012 17:06

Quel talent dans la concision!Le calme t'habite.

PS:aucun contrepet.

Renaud