Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Trickster

 

 

 

images-1-copie-2.jpegNous avons pensé qu'il était bon de continuer à mettre en exergue les réponses de Dominique Blanc à Luc Thoby sur les questions posées précédemment autour de la difficulté de l'union entre les associations ou syndicats d'ostéopathes. 

Ce qui suit concerne essentiellement la question d'un éventuel livre V du code de la santé publique dont certains ont pensé que la création était réalisable pour intégrer les ostéopathes dans une case profession de santé.

A ce qu'il semble les choses ne sont pas aussi simple que certains l'ont laissé entendre.

Suivent donc quelques explications teintées parfois d'un peu d'impatience. On se souvient que tous les commentaires dont sont extraits les lignes ci dessous figurent dans leur intégralité, au bas de l'article "Traits ou trait d'union".

 

Bonsoir Luc

Merci pour tes commentaires.

Je ne refuse pas le Livre V, je dis que c’est une utopie. Il y a une grande nuance.
Penses-tu que les ostéopathes soient en mesure d’accepter ou de refuser une telle idée ?

Il me parait intéressant d’essayer de développer sur le sujet.

Actuellement, compte tenu de notre niveau de formation nous sommes dans une sorte de « no man’s land administratif ». Dans aucun livre du CSP, mais en marge, pas vraiment dans les annexes, mais presque.

Si cela comporte des inconvénients, certes importants, que nous regrettons tous , il ne faut pas non plus oublier qu’il y a certains avantages non négligeables (consultant de première intention et … liberté des prix et … d’exercice) !! Excuse-moi du peu !!

Nous avons dans notre profession beaucoup d’ostéopathes qui voudraient nous faire entrer DES MAINTENANT dans des normes, des règlements, des codes qui, comme je le disais, voudraient être au même niveau que les médecins.

Nous affirmons que ce n’est pas la priorité.
Encore une fois la priorité c’est le niveau de formation.

Revenons à cette notion de Livre 5.

Le Droit français est très complexe, très structuré et il n’entérine que très progressivement les évolutions de notre société. Il suffit de rechercher dans l’histoire de la sociologie française pour constater cette réalité.

Le Code de la Santé Publique (CSP) est né en 1953.

Il intègre deux aspects juridiques : législatif et réglementaire.

Il est composé de 6 parties, elles-mêmes divisées en livres, dont celui des profession de santé (professions médicales pharmaceutiques et auxiliaires etc..) des titres, plus de 10 000 articles et chapîtres.
J’en passe, il te suffit de le consulter et de faire quelques recherches pour comprendre sa complexité et voir aussi à quel point il n’est pas si simple de le modifier.

Alors bien sûr certains n’ont pas hésité à imaginer que sur simple proposition d’UN député, l’Etat allait créer pour une profession à peine naissante, ayant à peine 10 000 professionnels, un nouveau livre pour leur permettre de s’appeler profession de santé.
Il faut être très naïf pour penser qu’un homme, quand bien même serait-il professeur de médecine, médiatiquement connu, puisse changer notre monde de la Santé.
Est-ce que l’étiopathie a été reconnue alors que notre ancien Président, premier personnage de l’Etat consultait régulièrement un étiopathe ?
Est-ce que l’ostéopathie l’a été alors que Jacques Chirac était traité par un ostéopathe ?
Est-ce que le fait d’être traité par un ostéopathe a empêché Monsieur Fillon alors Premier Ministre de faire, par le Conseil Constitutionnel, « retoquer » la loi qui nous donnait les 3520h.
Il faut être très gogo (permet-moi ce mot d’humour !!) pour croire à une telle fable. Je t’ai parlé de l’attaché parlementaire de B.Debré.

Je voudrais ce soir te décrire un peu mieux le fonctionnement de nos institutions.

Autour du Président de la République un premier cercle, un deuxième et quelques autres avec des conseillers officiels (santé, affaires sociales, enseignement, consommation), des chargés de mission, des conseillers spéciaux.

Autour du Premier Ministre, même chose, plus quelques comités Théodules .

Une Assemblée Nationale avec des commissions dont une, la commission des affaires sociales (70 membres dont certains plus importants que d’autres).
Un Sénat avec, de la même façon (Commission des Affaires Sociales 57 membres, là aussi avec des personnes plus influentes que d’autres)
Ajoutons des offices parlementaires dont on n’entend peu, voire jamais, parler mais qui ont une influence grandissime.

Un Ministère de la Santé avec :
- Un cabinet ministériel et des conseillers techniques auxquels se rajoutent des chargés de mission
- deux directions : la Direction Générale de la Santé (DGS), et la Direction Générale de l’Organisation des Soins (DGOS), celle-ci, plus en charge de notre dossier
Et gravitant autour de tout ce beau monde des ostéopathes certes mais aussi de puissants lobbies médicaux, kinésithérapiques ou pharmaceutiques.

Et il ne faut pas penser que tout baigne dans l’huile entre Elysée, Matignon, Parlement et Ministère. Les conseillers se tirent dans les pattes, les chargés de mission rédigent des rapports contradictoires, les lobbies influencent, et avant qu’une loi, une ordonnance, un décret, un arrêté ne soit publié au JO, je puis t’assurer qu’il y a de sacrées discussions et de surprenants « arbitrages ».

Il faut donc mettre en place une stratégie de longue haleine pour tenter de convaincre le MAXIMUM de personnes.
Il faut surtout montrer sa cohérence et exposer des argumentaires solides et étayés, basés sur des éléments sociologiques, historiques et… européens pour commencer à être pris au sérieux.
Ceux qui disent que le Ministère ou les politiques ne comprennent rien à nos problèmes sont des fats et des présomptueux.

Nous avons en face de nous, des hauts fonctionnaires, des énarques, des directeurs d’hôpitaux, des hommes politiques aguerris qui ont un cerveau qui fonctionnent plus vite que le nôtre !!
Ils disposent de renseignements sur nous, sur notre profession, sur notre situation démographique et économique. Ils connaissent tous les rouages des textes et de l’Administration. Ils sont secondés par les plus grands juristes.
Ils sont intelligents, rusés, malins et disposent de beaucoup de cartes que nous n’avons pas.
Ils nous testent, nous jaugent, nous jugent et lorsque nous ne tenons pas la route ils sont très habiles pour nous faire entendre… ce que nous voulons entendre et … ne rien nous donner.

Alors quand nous entendons le discours d’un président d’association qui n’a aucune expérience de ces relations, nous faire une description (juste avant son AG) de sa première entrevue avec un conseiller technique en totale opposition avec ce que nous entendons de multiples autres canaux, nous savons qu’il n’a pas employé les bons arguments.
Et lorsque nous entendons tous ces beaux parleurs nous affirmer que – croix de bois-croix de fer – nous allons obtenir un master +un doctorat +un Livre5 + un Haut Conseil,
Nous ….sourions !!! 
Et je ne reviendrai pas sur la g… du Haut Conseil !! 

Alors que fait l’UFOF ?

Et bien elle essaie d’être prise au sérieux !! Et il semble qu'elle ne réussit pas trop mal !! (Oh mon Dieu je nous vante !! ) Son bilan plaide cependant pour elle ( j’y reviendrai !!!)
Elle travaille à tous les niveaux sans relâche, dans la …discrétion et dans l’ombre. Car plus nous communiquons plus nous générons de réactions hostiles de nos adversaires. (Je te renvois à l’article paru sur notre site sur la discrétion)
Nous sommes présents partout même dans des think tank et autres groupes de réflexion proches de tous ces décideurs.
Là aussi, c’est un travail collectif tous azimuts !! Travail que nous menons depuis plus de 20 ans.
Je rappelle une nouvelle fois pour lutter contre cette morosité ambiante, que nous sommes la seule profession de soins à la personne à avoir émergé depuis 40 ans.
Il ne faut jamais l’oublier.

Et aujourd’hui nous partageons notre expérience et notre savoir-faire avec ceux des autres associations du GFIO.
Je sais qu’on décrie beaucoup le GFIO.
Il n’empêche que nous menons, au sein d’une même structure, un vrai travail collectif et que nous présentons ensemble aux différents interlocuteurs le consensus (c’est à dire à l’unanimité) qui nous réunit. Que c’est du concret !!
C’est la première fois que cela se fait. Les grincheux peuvent … grincer !! Cela ne me paraît pas anecdotique.
Et je peux affirmer que nous prenons un réel plaisir à nous épauler et partager nos points de vue.
Nous ferons le bilan dans quelques mois !! Lorsque les nouveaux textes seront sortis !!

Pour terminer sur ta dernière réflexion sur la « lutte de leadership ».

Ce n’est pas le leadership qui est en cause c’est la survie économique des écoles.

C’est l’enjeu commercial qui prime et qui fait que certaines (et je ne généralise pas, je dis bien certaines) écoles veuillent diriger les professionnels pour mieux faire vivre leur business.
C’est aussi pour ça que l’UFOF dérange autant !! Parce que nous nous sommes toujours opposés à cette main mise, que nous avons toujours préservé farouchement notre indépendance !!

Bonne nuit
Cordialement
Dominique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Luc THOBY 08/11/2012 07:00

Vannes, le 8 novenbre.



Bonjour, Alain,

la balle est dans ton camp.

Tu n' as pas répondu à mes commentaires n° 2 et 3 du 6 novembre sur ton positionnement en tant qu' un des arbitres du dialogue que j' appelle de mes voeux entre les ASP.

Notre neutralité doit être au dessus de tous soupçons.

Notamment, quand tu cites mes commentaires écrits ou ceux de Dominique, tu modifies ces textes en réécrivant certaines parties en gras, et donc en en modifiant la portée et en mettant l' accent sur
tel ou tel propos, alors même que l' auteur du texte n' avait peut-être pas voulu mettre l' accent à cet endroit.

Encore une fois, pour que le débat ait lieu, il faut que chaque intervenant se sente en sécurité, respecté et que le dialogue soit lisible sans interposition, sans changement incessant de thème (
voir de l' union comme du graal 1, 2, 3 ).

Je ne douta pas que ton état d' esprit soit le mien, le mieux serait que tu l' écrives clairement.

Confraterllement.

Luc.

Trickster 08/11/2012 14:04



Bonjour Luc,


Je suis un peu occupé et je ne peux pas passer cent pour cent de mon temps avec les enfants de Still. Donc, comme tu le dis, je n'ai pas répondu point pour point aux commentaires précités.


Alors j'y viens. Je répète : je suis le seul maître à bord sur ce blog. Si l'opportunité de jouer le rôle d'arbitre entre différents interlocuteurs qui accepteraient cet arbitrage, se présentait,
je n'y suis pas opposé et je le ferais avec application.


Mais là, décidément, au point où nous en sommes, je crois que tu te berces d'illusions. Tu as tenu a rappeler, à plusieurs reprises, que j'étais un ancien président de l'UFOF ce qui n'était, sois
en sûr, ignoré d'aucuns des très éventuels protagonistes du débat que tu souhaites,- te faisant (peut-être) l'écho d'un plus large échantillon de professionnels-, mais c'est là, à mon humble
avis, la condition seulement suffisante pour qu'aucuns de ceux dont tu souhaites la participation n'ait pas la moindre envie d'y répondre. Je vais encore publier les dernières réponses de
Dominique Blanc pour garder une cohérence à ce qui a été commencé, avant de faire paraître tes propositions.


Réponse à ton commentaire n° 3


Notre statut d'humain ne fait probablement aucun doute pour personne, en tout cas je l'espère. Ton choix de faire appel au SFDO paraît tout à fait cohérent sur le plan historique dont il faut
bien tenir compte, n'en déplaise à ceux qui ne veulent pas entendre parler du passé. Je t'ai donné ma position quelques lignes plus haut, je n'en changerais pas. Si cela doit se faire, cela se
fera et si ça ne dépend pas de ma volonté, cela dépendra peut-être de mon identité comme j'en suis convaincu.


En conclusion, je publierai tes propositions après l'article suivant.


En attendant je te souhaite une bonne journée.


AA


PS Tu sembles me reprocher d'avoir retouché les réponses de Dominique Blanc. 


C'est vrai je tiens à une certaine présentation sur ce blog. Aussi ces réponses je les ai relues, j'ai ajouté des virgules lorsqu'il me semblait qu'elles manquaient, j'ai corrigé quelques fautes
de frappe, j'ai supprimé les smiles et j'ai souligné en caractère gras ce qui me semblait devoir retenir l'attention pour que l'ensemble soit plus agréablement lisible sans en modifier aucunement
le sens. 


C'est une prérogative que je m'accorde en tant que "seul maître à bord"


Bien à toi.



Debard Christian 06/11/2012 16:50

Bonjour a tous,
Bien,bien,dialogue interessant;mais;je me pose beaucoup de questions,je constate ( formateur clinique ds une ecole d'osteo.)que des centaines de diplomes d'osteo sont delivres a des personnes qui
ne liront pas ces echanges,qui ne pratiqueent qu'un vague ersatz de l'osteopathie denue de sens.Animons des conversations sur " avoir un diplome ou etre un therapeute",retrouvons du "lien",a
travers la reconnaissance,un code de sante publique nouveau.Mais en attendant je me sens un peu perdu,"on perd" l'osteo.comment agir avant que l'ECG soit plat ?

Trickster 07/11/2012 15:42



Se poser beaucoup de questions est notre lot à tous. Entendre dire, ou confirmer, que des centaines de diplômés pratiqueront "un vague ersatz d'ostéopathie dénuée de sens" n'est fait pour
détendre personne, en tout cas pas ceux qui espèrent voir cette merveille protégée et pérenniser par les temps à venir.


Quelle tristesse, et quelle terrible accusation plane au dessus de la tête de ceux qui sont responsables de ce état de fait !


Les enseignants de ces structures sont-ils complices de cette situation, l'assument-t-ils ? D'où viennent-ils eux mêmes ? S'ils ont un minimum de conscience, pourquoi ne démissionnent-t-ils pas ?


L'éthique de l'enseignements est-elle décidément une notion totalement ridicule et dépassée ? Je crois que oui.


Avoir un diplôme ou être un thérapeute est une excellente idée. Chiche !


Cher confrère, te sentir perdu me semble tout à fait honorable, j'espère qu'il te reste au moins en consolation l'ostéopathie que tu pratiques.


AA



Luc THOBY 06/11/2012 01:33

Vannes, le 6 novembre.

Bonsoir,

arrivé à la maison après mon voyage en Angleterre, j' ai relevé ma boîte email et lu des mails de confrères prêts à aider à ce que ce projet de dialogue constructif se fasse.

je vais juste préciser quelques petites choses.

Je suis juste un nu-main ! ( début du mémoire de Renzo Molinari )

je parle en mon nom propre, même pas au nom du thinktank ostéobrainstorming de Vannes.

Ce thinktank a discuté avec différents acteurs de l' ostéopathie depuis bientôt 2 ans et nous leur avons promis l' anonymat de manière à ce que leur parole soit la plus libre possible.

Je ne réclame rien. Si je peux aider, j' aiderai, sinon, j' ai beaucoup de passions dans la vie ( pas seulement l' Ostéopathie ).......

Si j' ai proposé que l' UFOF et le SFDO échangent en premier lieu, c' est parce qu' elles représentent les ASP historiques, parce que cela va simplifier les échanges puisqu' elles portent des
visions parfois différentes des actions à mener, et parce que les autres asso pourront ensuite développer ce dialogue ( j' ai des amis dans toutes les asso et je les respecte toutes, et j' ai bien
écrit toutes et depuis très logtemps ).

J 'espère n' avoir froissé personne en proposant cette maquette d' échanges.

Je ne suis pas là pour détruire, mais pour aider à construire et tous ceux qui me côtoient depuis 20 ans savent que cela a toujours été mon leitmotiv.

Quand Alain se sera positionné, je me propose de contacter le SFDO et les autres asso par email pour les inviter à participer à ces mini-assises ( on pourrait aussi écrire forum )et a téléphoné à
Alain pour en préciser les modalités.

L' essentiel est que l' échange se fasse dans le respect de ce qui nous unit ( notamment l'Ostéopathie ) et de ce qui nous sépare pour trouver un dénominateur commun le plus grand possible.

En tout état de cause, ce n' est qu' une invitation à échanger, dialoguer, écouter et entendre l' autre, essayer de le comprendre et une incitation à se permettre de faire ensemble.

Confraternellement.

Luc.

Luc THOBY 05/11/2012 15:57

Paris, lundi 5 novembre.


Rebonjour à tous et à toi, Alain,

De retour d' Angleterre et avant de quitter de nouveau la France pour la Bretagne ( britanny joke ! ) où je serai ce soir, je te remercie de ta réponse rapide.

J' ai profité d' être à Maidstone, à quelques pas du bâton de STILL, pour proposer quelques règles qui m' ont été soufflées par mon fils aîné Arthur qui termine ses études à l' ESSEC par un stage à
Londres et m' à fait le cadeau de son pragmatisme et de son éthique dans l' abord de la relation interpersonnelle.

Le symbole était trop beau.

J' ai essayé d' être direct et non pas directif ( ce n' est pas toujours facile ) pour nous permettre d'avancer tous ensemble.

Je propose que tu sois l' arbitre de ton blog, et non pas " le seul maître à bord ".

En effet, pour qu' il y ait rencontre et dialogue, il semble nécessaire que les deux ( ou plus ) parties se sentent en terrain neutre.

Or, je me mets à la place des membres du CA du SFDO.

Il me semble nécessaire que tu te positionnes sur ce point par une réponse sur ce blog pour que les ASP aient envie d' y intervenir.

Tous peuvent compter sur ma neutralité et je repropose donc que personne n' intervienne entre les post échangés entre les ASP, pas même toi ou moi, sinon dans une rubrique parallèle ouverte à tous
ceux qui déclinent leur identité et qui sont dans la réflexion constructive.

Tu as mon accord pour la publication de ces propositions.

Confraternellement.

Luc.

Luc THOBY 05/11/2012 01:49

Maidstone, le lundi 5 novembre 2012

Bonjour à tous,

et encore merci à Alain pour la possibilté qu' offre son blog de faire des mini-assises en direct.

Je regrette le côté un peu taquin des commentaires d' Alain, et il me semble que ce genre d' échange nécessite beaucoup de " fairplay " pour qu' il soit utile à tous et surtout à l' Ostéopathie en
France.

Pour rappel, je suis l' un des initiateurs d' un thinktank osteobrainstorming à Vannes qui travaille depuis janvier 2011 à échanger avec des ostéopathes de tous âges, étudiants, retraités,
directeurs d' écoles, enseignants, actuels et anciens membres de CA d' ASP, médecins, kinés, patients dans le but de favoriser la réunion des ostéopathes autour d' un projet commun à minima
présentable aux pouvoirs publics et aux écoles d' ostéopathie.

Je propose donc des règles simples à l' échange :

Chacun développe sa vision, ses choix et évalue les bénéfices et risques de sa proposition.

Toute critique doit être associée à une proposition constructive, sinon il faut savoir la taire.

Je demande aux anonymes de ne pas s' immiscer dans le débat s' ils ne veulent pas décliner leur identité, identité individuelle qui précise éventuellement "es qualité " s' ils représentent un
groupe ( exemple : Mme X représentante du CA de l' ASP OBS ).

Je rappelle aussi, pour les lecteurs qui ne le savent pas, qu ' Alain ( alias trickster ) que j' incite à montrer l' exemple en signant de son nom, a été président de l' UFOF pendant quelques
années.

Il me semble intéressant que ce soit d' abord un représentant du CA de l' UFOF et du SFDO qui échangent d' abord jusqu' au 20 novembre par exemple, étant les ASP qui ont le plus d' adhérents.

Ensuite, les auters ASP seront invitées à se joindre au débat si elles le jugent nécessaire jusqu'au 9 décembre.

A la suite de ces échanges, une synthèse sera réalisé par un groupe de 2 à 4 personnes ( je me propose, si cela est accepté, pour participer à cette synthèse ) et les associations pourront dire
clairement si elles s' engagent sur la voie d' une " ligue " sur la base des points communs dégagés et désirent participer à une réunion sous la médiation des réalisateurs de la synthèse avant le
21 décembre 2012.

Les post des particuliers seront traités dans une rubrique ou thème à part de façon à ce que l' échange entre UFOF et SFDO soit lisible sans interposition.


Je propose 5 sujets essentiels :

. Livre V
. Démographie et communication auprès du public sur la démographie.

. Formation et encadrement ( même moral des écoles par les professionnels ) et communication auprès du public sur la qualité de formation.

. Actes interdits.

. Création d' une ligue ( ou fédération ou groupement ) au lieu et place du GFIO et FFO.

Confraternellement.

Luc.

Trickster 05/11/2012 14:10



Bonjour Luc,


De plus en plus matinal ! Merci pour... tes remerciements. Je suis tout à fait ravi que des échanges de qualité puissent avoir lieu par l'intermédiaire des enfants de Still et, à priori,
entre des enfants de Still. Après tout, ce blog leur appartient en quelque sorte, encore que j'entends bien rester seul maître à bord, comme initiateur de cette possibilité d'échanges
entre ostéopathes. Mon côté "taquin", comme tu me qualifie, a sans doute été le moteur à l'origine de ce blog. J'irai même plus loin, le trickster autre appellation de ce que Jung qualifie de
fripon divin et que les amérindiens voient dans la figure du coyote, n'est rien d'autre que cet enfant terrible, un peu provocateur qui existe en chacun de nous.


Les outrances du petit monde ostéopathique dont je suis le témoin depuis maintenant une quarantaine d'années m'ont conduit à trouver étonnants, incompréhensibles, voire insupportables les
comportements des uns et des autres, parfois tellement en contradiction avec cette merveille dont nous disposons au quotidien pour apprendre, grandir et devenir meilleurs. Cette merveille,
faut-il que je le précise, que constitue l'ostéopathie. Et quand je dis "devenir meilleur", je ne veux pas dire meilleur que les autres, je veux dire me rapprocher de ce que je peux être, au
mieux.


Ces outrances donc, m'ont hélas, le plus souvent, encouragé à dénoncer plutôt qu'à louer et comme je ne me sens ni le goût, ni la stature d'un moralisateur, je préfère "taquiner" voire provoquer.


Mais rassure-toi, je suis tout à fait capable de déposer ma sarbacane dans l'intérêt de la tenue des meilleurs échanges possibles pourvu que j'y vois sincérité et honnêteté. Le "fairplay", comme
tu l'appelles irait absolument de soi.


D'autre part, ma tendance naturelle à la discrétion m'interdit de dresser la liste de tout ce que mes flèches antérieures ont pu contribuer à infléchir depuis, disons une vingtaine
d'années. 


Je pense que l'identité du responsable de ce blog est depuis un certain temps, un secret de polichinelle.


Je renvoie ceux qui seraient curieux sur ce chapître de se reporter à l'article de février 2010 : Le point sur le i de l'ostéopathie réponse suscitée par Stéphane Berthet aux même
interrogations. Il me semblait que le profil du blogueur devait fournir cette ultime précision, mais si ce n'est pas le cas, pour satisfaire à ta demande, puisque ça te semble important,
ce sera fait incessamment.


Quand au reste de tes propositions qui me paraissent intéressantes sur le plan de l'approfondissement de l'échange, encore faudra-t-il qu'elles soient agréées par les intéressés qui, j'en suis
convaincu, en seront vite informés. D'ailleurs si tu n'y vois pas d'inconvénients, ces propositions seront publiées afin qu'elles soient visibles par toutes celles et ceux qui fréquentent les
enfants de Still.


Il restera peut-être, encore une fois si ces propositions sont entendues, à arrondir leur côté un peu directif. Tu sais bien comme moi qu'on ne demande pas à un médecin de prescrire des radios
mais plutôt "Ne pensez-vous pas que des radions seraient utiles..."


Bonne journée.


Alain Andrieux, qui a été aussi président de l'UFOF de 1993 à 1999.