Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Trickster

imgres-copie-22.jpeg imgres-1-copie-11.jpeg

Affaires de perception

Tout est dans le titre, mais bien sûr je plaisante. Je plaisante mais je suis heureux de constater, si j'en crois les commentaires associés à "J'aurais du m'en douter", que la question de la perception et celle de la sensation qui la précède font bien partie des préoccupations d'un certain nombre de nos congénères. Ça sonne bizarrement ce mot, pas très élégamment en tout cas. Bon disons plus simplement qu'il y a parmi les ostéopathes des gens persuadés que privés de perception ils ne seraient pas grand chose. Et c'est heureux qu'il y en ait pour penser cela.

Tout ne semble pas absolument clair dans le décorticage (tiens, y aurait-il du cortex là dedans) qu'on peut faire entre sensation et perception, termes auxquels il faut sans doute se garder d'ajouter -impression - (qui me semble d'emblée suspect de personnalisation à l'extrême), voire intuition, qui pourtant, dans certains cas constitue une donnée essentielle de notre compréhension des choses. 

Ça mon garçon, ça s'appelle de la provocation, mais qu'à cela ne tienne. L'intuition les amis, ça sera à creuser, dûssent tous les adorateurs de René en avaler leur chapeau.

Mais revenons à nos moutons ou plutôt au commentaire de SD (Sébastien Debydeal) :

Si je peux modestement apporter une pierre à l'édifice, je me permettrais de simplifier tout cela en quelques mots.
La sensation est le résultat d'une action consciente, pour voir je dois ouvrir les yeux, pour sentir je dois toucher, je suis actif dans ce processus. La perception est autrement, c'est l'information ou la connaissance qui se présente d'elle même, l'observateur est actif uniquement dans sa capacité à recevoir une information, à observer, à écouter. Pour reprendre la phrase d'un ostéopathe remarquable, "plus le QI est proche de zéro, mieux c'est".

avec lequel je ne suis pas tout à fait d'accord en ce qui concerne la sensation qui n'est pas nécessairement le produit d'une action consciente pas plus que celui d'une intention. Ces antennes sur le monde que constituent nos sens sont branchées à partir du moment où nous sommes conscients. Un objet peut passer dans mon champ de vision sans que je l'ai souhaité, un son peut parvenir à mon oreille sans que j'ai écouté, ma main peut rencontrer un objet dont je n'ai pas recherché le contact. Il n'en demeure pas moins qu'à chaque fois une sensation parviendra à ma capacité  d'analyse qui en fera une perception plus ou moins claire, plus ou moins précise.

Pour ce qui est de la perception, je ne crois pas par ailleurs qu'il soit possible de dire aussi nettement que la capacité à recevoir une information puisse relever de l'activité ou d'une action quelle qu'elle soit. J'y verrai plutôt l'intervention de l'intention tournée vers la mise à disposition de tel ou tel sens en vue de recueillir l'information la plus pure possible. Quand je dis la plus pure possible, j'entends débarrassée ou non encore encombrée des "délires" toujours possible du mental.

Faut-il pour autant un QI proche de zéro ? Ça c'est peut-être un peu fort, mais ce qui est souhaitable à coup sûr c'est que le mental dans la phase de perception et celle qui la précède soit aussi neutre que possible, débranché si possible mais pas plus car le drame c'est tout de même qu'on a besoin d'un peu d'intelligence voire de beaucoup. C'est la dictature de la pensée qui nous ennuie pas la présence de l'intelligence.

 

Plus loin SD nous dit encore : " Sentir c'est aller chercher une information, percevoir c'est lui permettre de venir à nous"

 Je ne dirais pas tout à fait les choses de cette façon.

Aller chercher une information c'est littéralement se livrer à une investigation au cours de laquelle il sera possible de sentir et sentir c'est déjà percevoir. Mais sentir est un mot encore plus ambigu tant on peut y mettre de contenu.

Lorsqu'on perçoit, la sensation a déjà fait son chemin et nous est parvenu puisqu'on a déjà plus ou moins reconnu ou identifié.

Avec les mots il est très possible de se prendre la tête et de ne plus rien sentir. C'est ça le danger lorsqu'on travaille et qu'on a besoin d'une information "non trafiquée".

Le plus grand travail de l'ostéopathe : faire confiance à ses sensations, les laisser se transformer en informations avant d'accompagner sa perception qui doit conduire à une transformation.

Je saute du coq à l'âne, juste pour faire l'âne, mais avez vous remarqué qu'on ne parle plus guère de perception ni de percepteur depuis que le groupe Trésor Public a ouvert sa chaîne d'Hôtels des Impôts auxquels chacun de nous souscrit régulièrement avec l'amère sensation de se faire exploiter ?

 

AA*

L'auteur se doit de rappeler ici qu'il n'a jamais disposé du triple A, qu'il ne le sollicite pas et qu'il ne s'en porte pas plus mal pour autant.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean-Louis 26/12/2011 19:59

Merci Alain, mieux vaut tard... mais j'ai été content de le savoir car je ne connaissais pas ce peintre.

Nowar 18/12/2011 22:46

Point de sens sans pré-sens, cette présence essentielle pour l'écoute.
autrement dit, être au bon endroit au bon moment

Aux dernières nouvelle, la chaine hôtelliere dont tu nous parles louerait des piaules par tiers. Elle a perdu ses étoile et pourrait être rachetée par Sonacotra.
Nowar

Jean-Louis 17/12/2011 15:31

Alain a écrit : "Un objet peut passer dans mon champ de vision sans que je l'ai souhaité, un son peut parvenir à mon oreille sans que j'ai écouté, ma main peut rencontrer un objet dont je n'ai poas
recherché le contact. Il n'en demeure pas moins qu'à chaque fois une sensation parviendra à ma capacité d'analyse qui en fera une perception plus ou moins claire, plus ou moins précise."

J'irai beaucoup plus loin : le son n'existe pas sans oreille, les couleurs sans la vue, et la peau sans le toucher...

En quelques mots : sans une personne qui perçoit, les objets des sens n'existeraient même pas Pas de mélodie, par de Mozart sans l'oreille ! Oh ! que le monde en serait devenu triste à mourir

Jean-Louis 17/12/2011 15:26

La première image me rappelle une toile de Kandinsky mais la seconde, de qui est-ce ?

Trickster 26/12/2011 19:21



Un peu tardive ma réponse mais la voici tout de même grâce à quelques lignes empruntées à Wikipedia :


"Hans
Makart (28 mai  1840 - 3 octobre  1884) est un peintre et décorateur autrichien du XIXe siècle. Il est connu pour son influence sur Gustav Klimt et d'autres artistes autrichiens, mais
en son temps, il était lui-même considéré comme un artiste important et une figure célèbre de la culture viennoise. Être reçu dans son atelier du centre historique de Vienne, une ancienne
fonderie au décor surchargé de tableaux, tentures, tapis de fourrure, était considéré comme un "must".