Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Trickster

 

imgres-copie-13

 

Bon, vous avez sûrement appris la nouvelle, un ostéopathe a réussi a mettre un pied dans cette caisse de retraite qui nous a autrefois rejeté parce que nous étions ostéopathes et dans laquelle nous sommes obligés de cotiser depuis 2008 parce que nous sommes ostéopathes.

Une certaine logique, à laquelle nous ne sommes pas habitués, est donc respectée.

Le mode d'adhésion imposé récemment nous a plus ou moins laissé sur la paille et on se demande encore ce que la dite CIPAV va nous accorder le jour où on va lui dire qu'on pense sérieusement à la retraite.

Dans ce cadre là, il est vrai que disposer de la présence d'un confrère dans les murs de la caisse de retraite qui nous oblige, a quelque chose de réconfortant, enfin, peut être pas tant que ça mais tout de même.

La question est de savoir maintenant à quel moment vous avez envie de prendre votre retraite. C'est vrai que l'avantage, dans beaucoup de cas, réside dans cette sorte d'attachement que nous connaissons et qui rend improbable notre envie d'interrompre un métier que j'ai souvent qualifié de plus beau du monde, et je ne m'en dédie pas.

Maintenant, même s'il est évident que l'ostéopathie conserve, il faut bien convenir que le temps passant, les journées finissent par être plus fatigantes.

Mais elles n'en sont pas moins riches des échanges au quotidien et des satisfactions apportées par tous les sourires de ceux qui ont trouvé ce qu'ils étaient venu chercher : du mieux être.

Alors battre en retraite ce serait accepter facilement de se priver de tout ça. On en reparlera plus tard et peut-être plus facilement maintenant qu'on nous annonce que le logo de la CIPAV est peut être susceptible de modifier, aussi peu que ce soit, son orientation.

 

AA

cipav-verticale.jpgcipav-verticale.jpgcipav-verticale.jpgcipav-verticale.jpgcipav-verticale.jpgcipav-verticale.jpg

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Renaud 14/07/2011 09:45


Que nenni mon bon. Les humeurs stagnent dans le sciatique mordant cruellement la fesse dodue et étreignant la hanche par surprise dans une gestuelle par trop peu maitrisée.Je dégaine les philtres
de Poconé dès ce jour et tartine les lombes d'onguent huileux de gaultherie. Le frétillement du poisson doré ne fut pas suffisant.


Trickster 14/07/2011 10:41



Peut-être qu'une cure de filets de poisson, doré ou pas, avec juste un filet de citron pourrait s'attaquer au dodu de la fesse et au tablier de sa peur soulageant d'autant un sciatique engorgé
par les mauvaises humeurs. Bien entendu ce n'est qu'une suggestion.



Renaud 14/07/2011 08:23


oh gast! c'ui ci est taquin donc!


Trickster 14/07/2011 08:51



Tes lombes cinquantenaires vont-elles mieux ?