Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Trickster

imgres-copie-28.jpeg

 

Ce titre, c'est juste l'occasion d'introduire la photo de ce superbe animal dont le regard émet me semble-t-il, dans une attitude de contemplation (grande spécialité des chats) quelque chose de l'ordre de la mélancolie, un chat grin en quelque sorte.

Cette ambiance a quelque chose à voir avec ce que je ressentais à la suite de cette période teinté de PPL, et ces derniers jours après avoir lu sur le site de l'ostéopathie de Jean Louis Boutin, cet article intitulé : "Du principe de cohérence" émanant du SFDO.

C'est comme si une fois de plus, tout était à refaire des ébauches d'embryon de rapprochement redevenu possible entre les associations représentatives. Je t'aime, je ne t'aime plus, je reviens encore cette fois, finalement je te quitte, tu ne m'as jamais aimé, "und so weiter" comme ils disent de l'autre côté du Rhin.

Il faut lire aussi la mise au point de la Chambre des Ostéopathes à propos de la PPl Debré qu'elle approuve moyennant un tel changement qu'il s'agit d'autre chose. C'est une façon de désavouer un contenu de façon positive en quelque sorte.

Quant au ROF, il semble approuver la PPL quasiment en l'état, ce qui est pour le moins surprenant. La suppression de l'article 75 ne semble pas l'inquiéter car il en fait une analyse différente, mais laquelle ?  Il le dira (peut-être) plus tard.

D'autre part, la composition du Haut Conseil comportant un seul ostéopathe semble lui convenir !?

Je m'interroge régulièrement sur ce qui fait qu'il n'y a apparemment pas moyen de s'entendre sur un sujet qui est pourtant l'occupation quotidienne principale de quelques milliers d'ostéopathes et dont bénéficient par ailleurs régulièrement quelques centaines de milliers de patients.

Je pense que pour les ostéopathes, et si je dis ostéopathes inutile d'ajouter un qualificatif, nous nous comprenons, je ne parle pas d'autre chose, pour les ostéopathes donc, lorsqu'ils se rencontrent de façon individuelle, même si leur pratique est différente (je parle toujours néanmoins d'ostéopathie), ils parviennent toujours à s'entendre sur le concept, c'est à dire l'essentiel, pour ne pas dire l'essence. Ils sont à priori d'accord pour défendre, pérenniser une médecine qui est souvent pour ne pas dire toujours, inscrite au creux de leurs mains et bien souvent vibrante jusqu'au cœur de leurs cellules. 

Les cellules, ça va en faire ricaner certains. Tant mieux.

Alors pourquoi, lorsqu'on passe au niveau associatif tout chavire jusqu'à ce qu'une sorte d'égrégore d'ego collectif tende à reprendre les commandes.

Au fond, toutes proportions gardées, c'est un peu ce qui se passe avec certains groupes de supporters dits sportifs. Tout seul tout se passe bien, à dix c'est déjà moins bordé et à cent il est préférable de ranger tout ce qui est fragile s'il y a des représentants d'un autre groupe.

Cette comparaison est stupide, j'en conviens, mais quelque part, elle invite à nous interroger sur le degré de maturité qui est le notre. Il semble qu'il y ait encore un énorme travail à faire pour chacun afin qu'au total la somme de tous ces "chacuns" reste aussi mesurée que l'unité.

Tout semble resté ouvert cependant et nous invite comme le fait ce chat au nez gris, à contempler ce dont on espère toujours qu'il va sortir une durable éclaircie.

 

 

AA

Commenter cet article

Renaud Leclerc 23/02/2012 22:52

Une fois de plus il faut monter au créneau pour faire taire les mensonges redondants qui inondent les blogs et réseaux. En 2009, après que le président du SFDO a fait marche arrière (les lettres le
démontrant ont été publiées) dans l’idée d’une union au sein du GFIO, une structure basée sur l’exclusion des « impurs » (vous savez bien toutes ces associations un peu moins sectaires qui se
battent pour la même chose que les autres mais avec 1 ou 2 % ou plus en trop (et on s’en fout) d’ostéopathes qui se reconnaissent pourtant tous dans le même combat mais pas tous en 00) s’est créée
et veut s’imposer. Certes à traiter les gens de menteurs ou de cons comme dans les dernières publications, le sous-entendu n’est pas de mise. Mais ce soir la distorsion du réel présentée que je lis
me casse les berlingues et les ostéopathes dont on parle sont ils suffisamment exclusifs ou blonds. Bien sûr les corps intermédiaires que représentent les ASP sont pourris et bla bla bla et bla bla
bla. Bien sûr tous ces dirigeants se noient de leurs egos et bla bla bla et bla bla bla. Et bien sûr la gauche, la droite , toujours le même discours, dialectique éculée et si présente en ce
moment. Et de nouveau la notion du médiateur comme si la plus grande partie des ostéopathes et de leurs représentants ne se battaient pas pour la même chose. Brillant de penser que tous ces
professionnels qui font l’effort de cotiser dans des ASP n’aspirent pas au même combat de la défense du savoir qui nous a été transmis. Faut-il du « médiateur » en proportion des éléments de
langage utilisés dans leur capacité à diviser.
Entre un projet d’exclusion et un projet rassembleur par définition plus difficile car il est toujours plus simple d’être d’accord avec soi-même, je pense reconnaitre celui qui est en harmonie avec
les valeurs de l’ostéopathie. Valeurs que je sais perfuser de longue date les tissus de mon Ami Alain Andrieux.

seb 21/02/2012 20:02

Cher Alain, je me permets de répondre à votre publication, car je pense que malgré nos différences, à vous lire, nous partageons la même vision de l’ostéopathie.

Je suis surpris que ce soit une publication du SFDO, qui fous fasses réagir, et qu’elle vous chagrine.

Le projet d’union de nos différentes ASP, ne venait-il pas à l’origine du SFDO ?

Certes il est malheureux que nous ne puissions nous unir, là je suis de votre avis.

Ce qui me dérange un peu plus, c’est que dans cette publication, il me semble peut-être à tord, et je m’en excuse par avance, que vous ne soyez pas tout à fait impartial.

En effet, vous semblez rejeter la faute sur le SFDO et le ROF, principalement.
-Malheureusement, vous ne commentez jamais les publications parfois hargneuse et pleine de sous-entendus d’autres ASP, envers le ROF et le SFDO ?
-Vous ne commentez pas non plus le fait que certaines ASP, fasse l’amalgame entre chiro/etio et ostéo ? Ma vision de l’ostéo, et qui je pense, se rapproche de la votre, me fait bondir lorsque je
lis ce genre de publication. Mais pas vous apparemment.

Enfin, et c’est un paradoxe, en semblant rejeter la faute sur le SFDO et le ROF, quelque part, vous rejeter la faute sur les 2 organisations d’ostéopathes exclusifs (excusez-moi), les plus
représentatives en terme de nombre.

Nous n’arrivons pas à nous unir, pour deux raisons.
Nos ASP, ne représentent pas les mêmes professionnels.
Les egos de nos dirigeants, voulant tirer toujours à eux le bénéfice de telle ou telle action.

Il en est de même en politique, jamais la droite n’admettra que la gauche peut avoir de bonnes idées et jamais la gauche n’admettra que la droite peut avoir de bonnes idées également.

Et regardons la réalité en face. Le SFDO et le RFO, avaient un bon projet avec la FFO, qui à été critiquer malmené de tous bords, pour finalement arriver à la constitution du GFIO, qui n’est au
final, qu’une copie de l’idée première du SFDO, sans le SFDO et porté par d’autres…

Le pire, c’est que nous, les adhérents, nous avons perdus du temps, à cause de ce jeu politique !
A quand une bonne médiation entre nos ASP ?

Amicalement

BERTHENET 21/02/2012 18:43

Le communiqué de la Chambre Nationale des Ostéopathes est très clair, objectif et factuel. Il faut avoir l'esprit torturé pour tenter de déformer nos dires. J'aimerai bien que AA s'informe avant
d'écrire des inepsies. il peut me contacter.
F.P. BERTHENET, Vice Président et co-fondateur de la C.N.O.

Trickster 21/02/2012 20:11



Mon cher Fernand,


Il me semble que tu montes en pression de façon injustifiée. Je ne crois pas avoir écrit d'ineptie dans ce passage que je reproduit ci-dessous :


"Il faut lire aussi la mise au point de la Chambre des Ostéopathes à propos de la PPl Debré qu'elle approuve moyennant un tel
changement qu'il s'agit d'autre chose. C'est une façon de désavouer un contenu de façon positive en quelque sorte."


 Je n'ai pas compris que la CNO approuvait le contenu du texte de la PPL puisqu'elle propose
un grand nombre de modifications à ce texte que j'ai estimées positives. C'est là le sens du "désaveu positif". La CNO en fait donc autre chose de positif. Suis-je décidément dans l'erreur
?