Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Trickster

 

 

 

 

En écho à l'article "Du césium 237 à la porte Champerret", j'ai été interpellé, je crois pouvoir dire amicalement, par l'un de nos pairs que tout le monde connaît pour son engagement dans le domaine de l'ostéopathie. Je ne le nommerai pas car je ne suis pas sûr qu'il tienne à être mis en scène, mais pour faciliter l'écriture des quelques lignes qui suivent, je le désignerai par B.

B donc, en notant que je regrettais la participation de bien trop d'organisations ostéopathiques à un salon organisé par un kinésithérapeute, me faisait remarquer qu'en concluant aux probables bonnes intentions de ces participants, j'avais probablement raté quelques chose. Le reproche, puisqu'il y en avait un néanmoins, reposait sur cette appréciation de ma part concernant les intentions de ceux, ostéopathes à part entière, qui participaient à ce salon où l'on trouvera hélas, "un peu de tout".

B me rappelait ensuite que la France, avec ses soixante écoles, était la risée du monde entier. J'ajouterai tristement que la France pour différentes autres raisons est effectivement la risée d'une grande partie du monde.

Puis le commentaire de B portait sur les kinésithérapeutes devenus "shampouineurs" et sur tous ceux qui font du "shampoing". Pour les non-initiés qui hésiteraient à comprendre, il s'agit des gens qui pratiquent l'ostéopathie appliquée au crâne.

Il se trouve qu'à ce moment précis je recevais une jeune femme que j'avais vue seulement une fois auparavant et qui venait de me dire à quel point la vision de son œil gauche avait été améliorée par cette unique séance précédente.

Avec ses lunettes, elle voyait auparavant de cet œil gauche la ligne d'horizon comme une ligne brisée. 

Après cette première consultation, cette ligne brisée de l'horizon avait évolué de façon très nette vers une ligne, certes encore sinueuse, mais au tracé très adouci. Quelques minutes avant l'appel de B., elle m'en disait sa satisfaction.

Il y a donc des shampoings efficaces et qu'il convient de renouveler pour améliorer encore, non seulement la qualité du cheveu mais aussi, au passage et dans ce cas d'espèce, l'aspect d'un cône orbitaire osseux impliqué dans une déformation qui met en jeu à peu près toutes les structures du crâne. Cette personne est adulte, et pourtant l'amélioration est possible.

Là intervient la technique du shampoing. Je suis certain que, malheureusement, beaucoup de "shampouineurs" auxquels B. fait allusion feraient tout aussi bien de se reconvertir strictement dans la coiffure. Ce n'est pas pour autant qu'il convient de condamner le "shampoing".

imgres-1-copie-3

Le danger qui menace l'ostéopathie, ne repose pas sur la pratique du shampoing mais sur la formation des "shampouineurs" et sur la conscience éthique qui anime leurs formateurs d'une part, et qui guidera leur pratique et la relation qu'ils seront (ou pas) en mesure de développer avec les patients potentiels par la suite.

L'ostéopathie souffre du fait qu'un tel non évènement soit en mesure de créer, encore, une source de querelle.

L'ostéopathie souffre du fait que tous ensemble, les ostéopathes sans équivoque, ne soient en apparence pas en mesure d'organiser un véritable évènement autour de l'ostéopathie sans y associer la vente de pain d'épice ou autre adjuvant.

Ceci étant dit je reste persuadé qu'aucune mauvaise intention ne peut être associée à ce salon de la part des ostéopathes véritables qui se sont embarqués dans cette affaire qui reste pour moi une idée très discutable sur le fond. Si j'avais eu mon mot à dire, cela ne se serait pas fait.

 

Cher B.

J'ai tenté de répondre à ton appel avec un humour dont, je l'espère, tu voudras bien ne pas me tenir rigueur.

Tu as ton opinion, tranchante comme un katana, j'ai la mienne sans doute plus mesurée. L'un comme l'autre nous pouvons nous tromper, tout comme ceux qui ont fait le choix de cette participation que nous jugeons néfaste l'un et l'autre.

Mais fais moi, s'il te plait, l'amitié de croire que l'ostéopathie est pour moi aussi, une chose essentielle.

 

AA   

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nowar 04/04/2011 09:29


Serait-ce encore des restes de thalidomide? Tchernobyl peut-être? ou, à venir, Fukushima?


Nowar 03/04/2011 21:13


Il n'en reste pas moins que tout cela ressemble à s'y méprendre à de la prise de tête. Quel artisan, digne de ce nom exprime-t-il du mépris pour l'un des outils de sa caisse?


Trickster 03/04/2011 23:24



C'est de la prise de tête pour considérer que la tête ne fait pas vraiment partie du programme. Il faut imaginer que ce confrère reçoit des patients céphalophores? Si au moins ils sont saints...



renaudeau pierre 29/03/2011 00:10


J'aimerais réagir sur ce thème du shampooing, tant il est vrai que l'usage de l'Ostéopathie crânienne débloque des situations dramatiques. Je conserve en mémoire quelques perles, vécues, pour
contrer cet argumentaire réducteur. En voici une: J'ai été confronté il y a au moins quinze ans à un gosse qui ne se souvenait plus de ce qu'il avait fait pour se casser la tête mais qui voyait
doublement double: C'est à dire un strabisme horizontal sur un oeil et un strabisme vertical sur l'autre. Des lunettes à prisme verticaux sur un oeil et horizontaux sur l'autre. La seule issue
prévue par l'Ophtalmo était l'intervention sur les muscles oculo-moteurs des deux yeux, à l'âge de cinq ans! Après trois séances d'Ostéopathie, dont une partie crânienne, j'ai débusqué deux lésions
intra-osseuses( le shampooing du shampooing) l'une du frontal, et l'autre du sphénoïde. Huit jours après, le gosse avait récupéré le centrage de ses deux yeux, sans aucun effort, et récupéré
suffisamment sur sa myopie pour se passer de ses lunettes,, et pouvoir enfin apprendre à lire et à écrire. Le traitement d'Ostéopathie crânienne lui a rendu ce droit fondamental dont nous avons
tous bénéficié enfant. L'Ophtalmo était furieux car opération annulée, mais le gosse était rayonnant, et n'a jamais récidivé. Il s'est souvenu d'une course dans un grenier et d'une poutre prise en
plein front...Je suis curieux de savoir comment un Ostéopathe qui ne pratique pas le crânien soignerait un tel cas autrement qu'en l'abandonnant à sa misère, ce qui est le contraire de notre devoir
déontologique... Quand à la flexibilité osseuse, tous les chirurgiens orthopédistes savent qu'un sportif traité par un clou centro-médullaire du fémur peut casser son clou à la reprise du sport
sans casser le fémur, car l'os est plus flexible que le métal, le crâne(plat et mince)itou.
Je pense pour ma part que les Ostéopathes qui traitent les crâniens de "shampooineurs" sont simplement des gens qui n'arrivent pas à sentir ce qui se passe dans cette damnée boîte crânienne. Et
pourtant, elle tourne...

Concernant l'Ostéopathie crânienne et la paralysie faciale, je vous conseille de jeter un coup d'oeil à l'article que j'ai confié à Jean-Louis Boutin pour partage.
La recherche est plus constructive que la critique annihilante( mes excuses pour ce barbarisme utile).

Pierre Renaudeau. DO MROF


Jean-Louis 28/03/2011 14:53


Je ne parlerai pas du "salon" mais je voudrai juste préciser deux points :

Même s'il y a, au goût de tous, beaucoup trop d'écoles d'ostéopathie en France, il ne faudrait pas véhiculer une fausse information à ce sujet.
Voici les chiffres :
24 écoles pour la formation initiale et 21 pour la formation continue, ce qui fait quand même 45 en tout et non 61 !
Ce dernier chiffre est véhiculé sur un blog où les informations ne sont souvent que des amalgames. Ainsi, pour les écoles, associées les DIU des médecins avec leurs 200, voire 300 heures au
maximum, avec les écoles d'ostéopathie est une erreur d'autant que le Conseil d'Etat a pris position sur les médecins, remarquant qu'ils n'étaient pas concernés par les décrets d'application du 27
mars 2007 !

Quant à ceux qui traitent de "shampouineurs", ceux qui pratiquent la thérapie dans le champ crânien, il serait bon qu'ils lisent le livre de Paul R. LEE : "Interface - Mécanismes de l'esprit en
Ostéopathie" ne serait-ce que pour leur information. Ils y trouveraient là une somme de données intéressantes et de quoi les faire réfléchir !